Icônes et dessins

07 décembre 2017

Carnet de commandes

Carnet de commandes

 

Bonjour... Voici la liste complète des dessins en cours de réalisation, comprenant les commandes ainsi que les icônes que j'ai écrit et que j'avais mis d'attente... Du travail pour un bon bout de temps donc... Voici ce qui est à faire pour cette année 2017:

 

Commande de N. R.

Commande 1

 

Finalisées:

1 ND de la Salette

2 St Mutien Marie

3 St Nom de Jésus

4 Dormition Sainte Anne

5, 6, 7, 8, Les 4 évangélistes (4 icônes)

9, Dieu le St Esprit

10 portrait du Bx Edouard Poppe

11 Vierge du Pays de Retz

12- Croix de la Salette

13- Saint Joseph qui dort

14- Sainte Rita de Cascia

15-16 Les Colonnes de l'Eglise

17- L'Eucharistie (Christ prêtre)

18- St Joseph, gardien des cœurs de jésus et de marie

19- Bienheureux Franz Jägestatter

20- Les Premiers Franciscains de France

21- La miséricorde Divine (Précieux Sang)

22- Saint François d'Aquitaine

23- Bienheureuse Marie Céline de la Présentation

24- Le Trône de la Justice

25- Sainte Quitterie d'Aire

26- Le Dépouillement de Saint François

27- Saint Didier

28- Bienheureux Isidore de Loor

29- Notre Dame de la Trinité

30- L'Ange au Sourire

31- Krist Roue ar Hollved (Le Christ Roi de l'Univers)

33- Apparition de la Salette

 

En cours de réalisation

 

34- ND de Pâques MISE EN COULEURS EN COURS

35- St Jean Paul II MISE EN COULEURS EN COURS

36- Saint Joachim et Anne MISE EN COULEURS EN COURS

37- Saint Pey Berland et Notre Dame d'Aquitaine MISE EN COULEURS EN COURS

38- Icône des Saints Pauvres MISE EN COULEURS EN COURS

39- Marie qui défait les nœuds MISE EN COULEURS EN COURS

 

Ecrites

 

40 Saint Charbel

 

En écriture

 

41- Chemin de Croix (traditionnel) (Cadeau).

 

Commande 2

 

Finalisées

1- Icône de Dieu le Père (D'après Mère Eugenia Ravasio)

2- Icône du Jubilé Franciscain

3- Notre Dame de Schönstatt

4- Notre Dame de la Divine Miséricorde

5 - Miséricorde Divine (Précieux Sang)

6- Le Christ Libérateur

7- La Sainte Trinité (Hildegarde de Bingen)

8-  Bienheureux Pacifique

9- Notre Dame d'Aquitaine

10- Saint Maximilien Kolbe

11- Les 7 archanges

12- Sainte Jeanne d'Arc

13- Bienheureux Pacifique (Version 2)

14- Notre Dame de la Pentecôte

 

En cours de réalisation

 

15- Sainte Jacqueline d'Assise (Transitus de Saint François) MISE EN COULEURS EN COURS

16- La Croix celtique de Jelling MISE EN COULEURS EN COURS

17- Saint François et le Sultan MISE EN COULEURS EN COURS

18- Saint François Troubadour de la Création MISE EN COULEURS EN COURS

19- Saint François et le Sultan MISE EN COULEURS EN COURS

20-  La crucifixion de Saint Pierre MISE EN COULEURS EN COURS

21- Saint François et le Lépreux MISE EN COULEURS EN COURS 

22- Apparition de Saint Michel Archange à Saint Aubert MISE EN COULEURS EN COURS 

23- Sainte Sylvie de Rome MISE EN COULEURS EN COURS 

24- Marie qui défait les noeuds MISE EN COULEURS EN COURS

25- Le Coeur de Jésus MISE EN COULEURS EN COURS

26- Saint Philippe Néri MISE EN COULEURS EN COURS

28- La Trinité d'Amour MISE EN COULEURS EN COURS

29- Sainte Bernadette Soubirous MISE EN COULEURS EN COURS

30- La Madonne del Sangue de Ré MISE EN COULEURS EN COURS

 

 

 

Ecrites

 

31 Saint Martin de Tours

32 Les enfants Nantais 

33 La Trinité d'Amour

34 L'Agneau de Dieu

35 Bienheureux Jean Duns Scot

36 Saint François de Sales

37 Saint Vincent de Paul

38 L'adoration de l'Agneau Mystique

39 Saint Bonaventure

40- Saint Antoine de Padoue

 

En écriture

 

39 Saint François à Saint Damien 

40- La Mère Trois Fois Admirable de Schönstatt

 

Cadeau: Chemin de Croix Evangélique (en format 10/15)

Cadeau: Notre Dame de Beauraing (Grande Taille (Finalisée)

 

Commande Mgr Raphaël Steck

 

1 La Dame de tous les Peuples (Grande taille A3) Mise en couleurs en cours

2 Jésus et Marie Madeleine (en cours d'écriture)

3 Le Saint Sacrement (Vision de Mgr Vachère)

 

 

Père Ontzlake Brown

 

St Evagre le Pontique et St Didyme l'Aveugle (En cours d'écriture)

 

Famille Franciscaine

 

Icônes de Saint François d'Aquitaine (Saint François et 10 les Cathédrales d'Aquitaine). 

Icône Laudato Si pour la formation Franciscaine (Fraternité Franciscaine d'Aquitaine), 

La Dormition de St François (Franciscaines Missionnaires de Marie de Bordeaux).

Icône des 1ers Franciscains de France pour le Jubilé du 8e centenaire de l'arrivée des Frères en France (Organisation du Jubilé du 8e Centenaire).

Bienheureuse Marie Céline de la Présentation (Clarisses de Nérac) et

Icône de Saint François pour la Fraternités de Nérac.

Icônes pour les Fraternités Franciscaines de Tarbes, Dax, Pau, Bayonne, Orthez

Icône de Saint Maximilien Kolbe pour les Frères Mineurs Conventuels de Lourdes (Siège national de la Mission de l'Immaculée).

 

Icônes en écriture

 

Grandes Tailles A3

 

Les 7 allégresses de St Joseph

Vita de Saint Jean Paul II

Les Saints Patrons de l'AID

Sainte Rita de Cascia

 

Notre Dame de la Divine Providence

Notre Dame qui défait les épines

Saint François Laudato Si

Saint Maximilien Kolbe

Vita de Saint François d'Assise

Vita de Sainte Claire d'Assise

Vita de Saint Martin

 

Icône de Très grande Taille
(En dessus du format A3)

 

Toutes les icônes qui suivent sont déjà écrites depuis un bon moment déjà:

Dans l'ordre du niveau de réalisation

Bienheureuse Marguerite Bays (Finalisée a besoin de retouches)

Madonna dell'Arco (Finalisée, finitions)

ND de Lourdes (Retouches et finalisations)

 

Christ Roi de France

St Tarcisius

Ste Elisabeth de Hongrie

Saint Antoine de Padoue

Sainte Monique

 

Reine du Saint Rosaire de Pompéi

Notre Dame du St Secours

Les Trois Saints Coeurs Unis (Coeurs de Jésus, Marie, Joseph)

La Sainte Famille

Le Roi David dansant devant l'Arche d'Alliance

Saint Paul de la Croix

Saint Denys de Paris

Bx John Henry Newman

ND du Sacré Coeur

 

A propos des moyens de paiement

 

Pour faciliter les paiements des dessins, un système de paiement sécurisé, via Paypal, a été ouvert depuis le mois de mai 2017. Possibilité également de régler via la Western Union, par chèque et par mandat postal. Ayant eu assez régulièrement un certain nombre de mauvais payeurs, qui commandent les dessins et ne les règlent pas, les dessins devront donc dorénavant être réglés dès la commande.

 

 

Pour toutes commandes, vous pouvez me contacter soit par le biais de facebook sur la page publique d'Icônes et Dessins,

soit en me contactant par mail à franck.monvoisin.33@gmail.com

soit en me laissant un message par la section "contacter l'auteur", située tout en haut de la colonne gauche.

 

Mise à jour de la page, le 7 décembre 2017

Posté par fmonvoisin à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


04 décembre 2017

Liste des dessins

Liste des dessins

(Pour les visionner cliquer sur les titres)

 

Chaque dessin représente plusieurs heures parfois même plusieurs jours de travail. Ces dessins sont faits dans le silence, la prière et la louange. Ils sont l'expression de ma prière et de ma méditation. Je ne place plus désormais dans cette liste que les nouveaux réalisés, car le nombre de dessins présent est assez conséquent... Tous sont vendus... Ceux présents ci après peuvent toujours etre refaits...

 

1- Dessins

 

 Dessins du Seigneur

 

Pour visualiser les dessins, cliquer sur les titres

 

1-Dieu le Père, (D'après Mère Eugenia E. Ravasio)

2- Dieu le Père, Visage

3-La Sainte Face de Jésus

4- La Nouvelle Alliance de la Miséricorde (grande taille)

5- 

 

Dessins de la Vierge Marie

 

1-

 

 

Dessins des Saints

 

1-Le coeur très chaste de Saint Joseph

2- Bienheureux Edouard Poppe NOUVEAU

3- Le Vénérable Léon Papin Dupont NOUVEAU

4-

 

 


Dessins Franciscains

 

1- Sainte Claire d'Assise

2- Notre Dame de la Trinité

3- Bienheureuse Marie de la Passion

4- 

 2- Icones

 

- Icônes du Seigneur

 

1- La plaie de l'épaule du Seigneur

2- La Trinité de Sainte Hildegarde de Bingen

3- La Sainte Trinité

4- Le Christ de la Miséricorde Divine

5- Le Saint Nom du Seigneur

6- Dieu le Père (D'après Mère Eugénia Ravasio)

7- La Présence de Dieu

8- Le Coeur Miséricordieux de Jésus

9- Setu Den! (Voici l'Homme)

10- Furnezh Doué (La Divine Sagesse)

11- Le Divin Coeur de Dieu le Père englobant tous les coeurs

12- L'Arbre de Vie (Grande taille)

13- Le Saint Esprit NOUVEAU

14- Le Saint Nom de Jésus NOUVEAU

15- Le Christ Prêtre NOUVEAU

16- Dieu le Père (d'après Mère Eugenia Ravasio) NOUVEAU

17- Le Trône de Justice NOUVEAU

18- La Miséricorde Divine (Précieux Sang) NOUVEAU

19- L'Adoration de l'Agneau Mystique NOUVEAU

20- Le Christ Libérateur NOUVEAU

21- La Sainte Trinité (Vision de Sainte Hildegarde de Bingen) NOUVEAU

22- 

 

Icônes Mariales

 

1- Notre Dame de Lourdes

2- La Vierge des Pauvres de Banneux

3- Apparition de Notre Dame de Lourdes

4- Marie, Mère du Divin Amour

5- La Vierge de Prague

6- Notre Dame du Mont Carmel

7- Notre Dame du Sacré Coeur

8- Notre Dame du Refuge

9- Icône de la Vierge Africaine

10- Notre Dame de Clarté

11- Notre Dame de Rocamadour

12- Notre Dame du Saint Esprit

13- Notre Dame du Silence

14- La Vierge de Saint Luc

15- Marie, Mère du Bel Amour

16- Dimeziñ ar Mamm di Doué (Le mariage de la Mère de Dieu)

17- Notre Dame de Beauraing

18- Notre Dame de Banneux

19- Madonne de Stalingrad

20- Notre Dame des Prêtres (Grande taille)

21- Notre Dame de Condat

22- Notre Dame de la Salette NOUVEAU

23- Apparition de Notre Dame de la Salette NOUVEAU

24- Croix de Notre Dame de la Salette NOUVEAU

25- Notre Dame de la Pentecôte NOUVEAU

26- Notre Dame de Fatima NOUVEAU

27- Marie Mère de la Miséricorde Divine NOUVEAU

28- Notre Dame d'Aquitaine NOUVEAU

29- Notre Dame de la Trinité NOUVEAU

30- La Vierge au Coeur d'Or (Grande Taille) NOUVEAU

31- Notre Dame de Toutes Grâces de Martillac

32-  

 

Icônes des Saints

 

1- La Vie Communautaire

2- Saint Joseph "Anima Mea"

3- Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

4- Saint Remacle

5- Saint Jean Paul II 

6- Bienheureux Paul VI

7- Les deux colonnes de l'Eglise

8- Saint Abbé Julio

9- Monseigneur Vilatte

10- Saint Abbé Julio (grande taille)

11- Saint Charbel Makkhlouf

12- Saint Matthieu

13- Saint Luc

14- Saint Marc

15- Saint Jean

16- Sainte Maria Goretti

18- Bienheureux Charles de Foucauld (Grande Taille)

19- Sainte Marie-Madeleine (Grande Taille)

20- Saint Jude Thaddée (Grande Taille)

21- Saints Louis et Zélie Martin (Grande Taille)

22- Bienheureux Pier Gorgio Frassatti (Grande Taille)

23- Sainte Philomène I (Grande Taille)

24- Sainte Philomène II (Grande Taille)

25- Origène d'Alexandrie

26- Saint Mutien-Marie de Malonne

27- Saint Joseph, Gardien des Coeurs de Jésus et de Marie

28- Sainte Rita de Cascia

29- L'Ange Protecteur de Gazinet NOUVEAU

30- Sainte Quitterie d'Aire NOUVEAU

31- Sainte Sylvie de Rome NOUVEAU

32- Saint Didier NOUVEAU

33- Les 7 Archanges NOUVEAU

34- Bienheureux Isidore de Loor NOUVEAU

35- L'Ange au Sourire NOUVEAU

36- Sainte Jeanne d'Arc NOUVEAU

37- Les Saints Pauvres

38- Saint Pey Berland et Notre Dame d'Aquitaine (Petite Taille)

39- Saint Pey Berland et Notre Dame d'Aquitaine (Grande Taille)

40- Saint Jean Paul II

41- Père Jacques Hamel

42- Les Neuf Choeurs des Anges (Grande Taille)

43-

 

 

Icônes Franciscaines

 

1- La Dormition de Saint François (D'après Giotto)

2- Saint François et Saint Pio

3- Saint François et le Crucifié

4- Saint François et le sultan

5- Saint François au Sacro Speco

6- Saint Maximilien Kolbe

7- Saint Jean XXIII

8- Sainte Claire et Saint Yves

9- Saint Bonaventure

10- Sainte Eglisabeth de Hongrie

11- Saint François d'Assise, Patron des animaux (Grande Taille)

12- Le Transitus de Saint François (Grande Taille)

13- Icône Laudato Si (Grande Taille) NOUVEAU

14- Saint Lucchese et Bona Dona (Grande Taille)

15- Saint Jean-Marie Vianney (Grande Taille)

16- Saint François d'Assise (D'après Cimabue) NOUVEAU

17-18 -Icônes du Jubilé Franciscain NOUVEAU

19- Les premiers Franciscains de France NOUVEAU

20- Bienheureux Franz Jägestatter NOUVEAU

21- Saint François d'Aquitaine (petite Taille) NOUVEAU

22- Saint François d'Aquitaine (Grande Taille) NOUVEAU

23- Bienheureuse Marie Céline de la Présentation NOUVEAU

24- Le Dépouillement de Saint François NOUVEAU

25- Bienheureuse Marie-Céline de la Présentation (Version 1) Grande Taille NOUVEAU

26- Bienheureux Pacifique NOUVEAU

27- Bienheureux Pacifique 2 NOUVEAU

28- Saint Maximilien Kolbe NOUVEAU

29- La Vie des Frères Mineurs (Règle de Saint François) NOUVEAU

30- Les Premiers Franciscains de France (Grande Taille) NOUVEAU

31- Saint Maximilien Kolbe (Grande taille)

32- Bienheureux Jean Duns Scot

33- Notre Dame des Cordeliers de Bordeaux

34- Icône Laudato Si (2e version) (Grande Taille)

35- Saint Bonaventure

36- Le Transitus de Saint François (Grande Taille)

37- Bienheureux Raymond Lulle

38- 

 

Icônes Celtes et Bretonnes

 

1- Croix Celtique

2- La Trinité Celte

3- Saint Joseph d'Arimathie 

4- Santez Anna, Mamm di Mamm di Doué

5- Saint Yves

6- Intron Santez Anna

7- Sant Yann Divotoù (Saint jean le Déchaussé)

8- Distro Saint Paol ouzh Doué (La Conversion de Saint Paul)

9- Sant Loeiz-Varia Grignion ar Moñforzh (Saint Louis-Marie Grignion de Monfort) 

10- Trugarezek evel an Tad

11- Sant Yoakim (Saint Joachim) 

12- Varia Tron ar Furnezh

13- Intron Varia ar Azvent

14- Santel Patromez ar Breizh

15- Intron-Varia ar Virtuzioù

16- Dimeziñ ar Mamm di Doué (Le Mariage de la Mère de Dieu)

17- Setu Den (Voici l'Homme)

18-  Sant Koulman

19- Kouskedigezh d'ar Intron-Santez Anna (La Dormition de Sainte Anne) NOUVEAU

20- Gouel ar Steredenn NOUVEAU

21- Kalonoù Unanet ar Jezus ha Varia NOUVEAU

22- Saint Joseph qui dort NOUVEAU

23-Krist Roue ar Hollved (Le Christ roi de l'Univers) NOUVEAU

24-

 

 

 

Les dessins disponibles sont réalisés en format A4, (petite taille) pour le prix de 30 euros (frais de port et d'envoi compris), et en format A3 (grande taille) pour le prix de 75 euros (frais de port et d'envoi non inclus). Ils peuvent aussi être réalisés en d'autres formats, me contacter pour cela. (Prix a débattre selon la taille).

 

Réalisation de vos portraits

 

Sur demande, je peux aussi réaliser les portraits que vous désirez, comme par exemple ceux de mon grand Père, Claude Drouin, ou encore de mon père. Me contacter pour plus d'informations.

 

 

Vous désirez acquérir ou commander un dessin présent dans cette liste,

vous désireriez un autre dessin que ceux que je viens de vous présenter (saints patrons, icônes, portaits, etc...)

 

Vous pouvez me contacter

 

Soit par le biais de la Page facebook d'Icônes et Dessins,

 soit en me laissant un message dans l'espace "contactez l'auteur" situé en haut de la colonne de gauche

soit par mail à franck.monvoisin.33@gmail.com.

 

Dernière mise à jour de la page, le 4 Décembre 2017

 

Posté par fmonvoisin à 16:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

Les Premiers Franciscains de France

Les Premiers Franciscains de France

Bienheureux Pacifique et ses Frères

 

Le Bienheureux Pacifique

Compagnon de Saint François

+ en 1245

Fête le 10 juillet

 

Nous ne connaissons ni son nom civil, ni sa date de naissance. Nous savons seulement qu’il est originaire des Marches d’Ancône. C’est au couvent des bénédictines de San Severino qu’il rencontre pour la première fois, tandis qu’il y visitait une parente, fr. François d’Assise. Il est encore tout auréolé de son titre de « rex versuum » donné par le roi de Sicile. Celui-ci deviendra en 1216 l’empereur Frédéric II. Poète, il voit François traversé par deux épées qui se croisent en son corps tandis qu’il prêche aux sœurs son amour pour le Crucifié après l’échec de sa tentative de départ depuis Ancône vers la Syrie, terre d’Islam, pour y mourir martyr (1 Cel.55 et 2 Cel.106). Nous sommes à l’automne 1212. Celui qui a été remis en paix, reçoit du Poverello le nom de Pacifique en se joignant à ses frères. En 1214, peu après la destruction du castrum de Trevi, il est témoin en l’église St Pierre de Bovara de la fameuse vision des trônes où l’humilité de François, abîmé en contemplation dans le chœur de l’église, est exaltée par Dieu lui-même : le trône de Lucifer déchu lui sera attribué (2 Cel 122-123).

Tandis que François est parti avec fr. Bernard et d’autres frères en pèlerinage à St Jacques de Compostelle, nous ne savons pas si fr. Pacifique les accompagna ou non. Après une nouvelle tentative de départ en terre d’Islam vers le Maroc depuis le Portugal, avortée pour cause de maladie, François rentra pour assister au IVe concile de Latran en 1215. Sans doute peu après, à la faveur de l’insistance mise par Innocent III pour se croiser du Tau, Pacifique eut une nouvelle vision : sur le front de François, un Tau multicolore, disant bien son amour du Crucifié pour lequel il voulait mourir. Au chapitre de 1217, les 5000 frères réunis sont tous animés d’un ardent désir missionnaire et François veut partir pour la France. Arrêté par le légat pontifical Ugolin de Segni, à Florence, François mandate fr. Pacifique pour cette mission.

Accompagné de quelques frères, il fit halte à Vézelay où l’on vénère les reliques de sainte Marie Madeleine, patronne des pénitents et figure de l’Eglise, contemplative et témoin de la résurrection. Il obtint des bénédictins la chapelle mémorial de la prédication de la seconde croisade par saint Bernard et l’ermitage qui y est attenant. Laissant là des compagnons, il part en direction de Paris où il installe des frères dans les faubourgs populeux de Saint-Denis à l’ombre de la grande abbatiale bénédictine. Puis, il remonte jusqu’à Lens et fonda diverses maisons sur lesquelles nous n’avons pas d’informations précises. Ainsi devint-il le premier Provincial de France.

En 1223, fr. Grégoire de Naples est nommé dans cette charge pour lui succéder. Fr Pacifique est de retour en Italie. Dès lors, nous le voyons très proche de François durant ses dernières années. Après avoir composé les premières strophes de son Cantique des Créatures, il fit venir fr. Pacifique et l’envoya avec quelques frères le chanter « comme de vrais jongleurs de Dieu » à Assise devant l’évêque et  le podestat excommunié pour les réconcilier (L.P. 43-44). Il est toutefois fort probable que ce n’est pas lui, mais Ange Tancrède, originaire de Rieti, qui se récusa lorsque se trouvant à Rieti pour consultation chez l’ophtalmologiste, François demanda qu’on lui joua de la musique pour sa consolation. Pacifique fut tellement proche de François au cours de ses dernières années qu’un frère alla le trouver pour avoir la possibilité de voir les stigmates que le saint s’efforçait de cacher. Usant d’un pieux stratagème, Pacifique réussit à satisfaire la curiosité de son frère, mais il s’attira aussitôt de douces remontrances de la part de François (2 Cel 137).

De ce qui suivit cet épisode dans la vie de fr. Pacifique, nous ne savons que peu de choses. En 1226, il devint visiteur général des clarisses jusqu’en 1228, cédant la charge à fr. Philippe le long. La date et le lieu de sa mort sont incertains. Une épitaphe sans date mais circonstanciée (« Sub hoc lapide recondita servantur ossa sacra B. Pacifici ordinis minorum, qui ipse primus fuit provinciae franciae minister ») a été trouvée au couvent de Lens et est attestée par Gonzaga sur la foi de deux témoins. Elle rend probable ce lieu comme étant celui de la sépulture de notre Bx Fr. Pacifique qui continue d’ailleurs à y être aujourd’hui l’objet d’un culte dans ce diocèse. (Fr. Jean-Baptiste Auberger).

 

1217-2017: Jubilé de l'arrivée des Premiers Frères Franciscains en France

 

1217, du vivant de saint François, l’Ordre Franciscain tout juste créé se structurait devant l’afflux de nombreux frères. Les frères rassemblés en chapitre à la Pentecôte décidèrent d’aller porter l’Evangile au-delà de l’Italie. Frère Pacifique, poète et l’un de plus chers compagnons de François, fonda la première implantation franciscaine en France, à Vézelay, avant de poursuivre sa route jusqu'à Saint Denis.

 

La Cordelle, première fondation Franciscaine de France

 

« C’est avec l’approbation orale de la règle par le pape Innocent III en 1209 que la Fraternité des Mineurs, au nombre de 12 Pénitents venus d’Assise, est reconnue officiellement. Elle ne cessa dès lors de s’accroître en nombre jusqu’à devenir un Ordre important. Au chapitre de la Pentecôte 1217, ils sont environ 5000 frères. On y décide alors d’envoyer des frères hors d’Italie (Espagne, Allemagne, Hongrie, Terre Sainte). François, pour donner l’exemple, projette d’aller dans le pays dont il porte le nom et admire les troubadours, usant parfois de leur langue. Il veut connaître aussi les théologiens de Paris qui parlent si bien de l’Eucharistie.

Arrêté à Florence par le Cardinal protecteur Ugolin de Segni, sur son conseil François décide de rester en Italie pour assurer la pérennité de son ordre, critiqué par certains cardinaux pour son radicalisme évangélique proche des Vaudois dissidents de l’Eglise. Il délègue alors la direction du groupe des frères au frère Pacifique, une de ses premières recrues, couronné avant sa conversion en 1212, roi des poètes par le futur empereur Frédéric II. Il connaissait probablement quelques rudiments de la langue des troubadours. Par la suite il aura des fonctions importantes dans l’Ordre comme fondateur de plusieurs couvents de frères et visiteur des clarisses. On le considère comme le premier Provincial de France.

Durant l’été 1217, le groupe remonte par la vallée du Rhône et de la Saône jusqu’à Vézelay, à la frontière du Royaume de France et du comté de Nevers, dont l’abbatiale bénédictine est réputée avoir les reliques de sainte Marie-Madeleine, patronne des pénitents. Après avoir séjourné, selon leur coutume, à la léproserie de la Maladrerie, les frères sont en quête d’un lieu stable et remarquent sur le flan nord de la colline, le long du chemin des pèlerins qui mène de l’église St Jacques d’Asquins à l’abbaye de Vézelay couronnant la colline, un petit ermitage abandonné par les moines, proche de la chapelle romane mémorial de la prédication de saint Bernard en 1146.

Ce lieu convenant à leur genre de vie, ils en obtiennent de l’abbé la cession. Quelques frères vont y rester, tandis que Pacifique part pour Paris, ou plus exactement pour Saint-Denis où l’abbé Suger avait fait construire 70 ans auparavant une magnifique abbatiale, près de laquelle se déroulaient des foires très réputées.  Aujourd’hui il y a toujours un Ermitage où sont envoyés des frères Mineurs franciscains. Ils sont trois actuellement. »

 

Le Jubilé

 

« Cette année 2017 est une année de mémoire de l’arrivée des premiers frères en France. Nous sommes appelés comme frère Pacifique à chanter le Cantique des créatures mais avec ce que nous sommes aujourd’hui. Chant paradoxal qui s’élève dans notre monde souffrant de tant de maux. Chant qui exprime le plus profond de notre existence ; cet amour indestructible révélé particulièrement dans la résurrection du Christ ». (Lettre du fr. Michel Laloux, min. provincial)

« En 1217, frère Pacifique et les premiers frères mineurs arrivaient en France. Huit cents ans plus tard, il est bon de faire mémoire du mouvement de vie initiée alors et de son déploiement au long des siècles jusqu'à nous aujourd'hui... Ce jubilé se déroulera  du 1er mars au 4 octobre 2017 ».  Lettre d’Invitation de la Famille Franciscaine

 

Du 1er mars au 4 octobre 2017, la Famille Franciscaine vous invite à venir à sa rencontre pour célébrer la Joie Franciscaine !

 

Renseignements

 http://jubile800ans.franciscains.fr

https://www.facebook.com/jubilefranciscain800ans/

 

J'ai constaté qu'il n'existait aucune représentations du Bienheureux Pacifique ainsi que des premiers Franciscains, j'ai donc pensé remédier à cela...

 

Première version

1ers Franciscains de France 1-001

Réalisation juillet 2017

 

Grande Taille

SKMBT_C28017120415240

 Réalisation décembre 2017

 

Ces icônes sont disponibles sur commande

Mise à jour de la page: le 4 décembre 2017

Notre Dame de la Pentecôte

ND de la Pentecôte

Notre Dame de la Pentecôte

Réalisation décembre 2017

Icône disponible sur demande

La Vierge au Coeur d'Or

SKMBT_C28017112316530_0002

La Vierge au Coeur d'Or

Réalisation année 2017

Icône disponible sur demande

 

Notre Dame de Beauraing

La Reine au Cœur d'Or

Apparitions en 1932

 

Beauraing est une localité des Ardennes Belges, dans la grisaille du pays marinier. Le soir du 29 novembre 1932, Fernande Voisin et son frère André, accompagnés de leurs amies Andrée et Gilberte Degeimbre, vont chercher leur sœur Gilberte au pensionnant situé en contrebas de la voie du chemin de fer. La nuit tombe. Chemin faisant, la petite bande s'amuse à tirer les sonnettes des maisons proches, puis tous repartent en courant vers l'école. Albert sonne à la porte et, en attendant qu'une religieuse vienne ouvrir, il se retourne machinalement: dans la nuit, il voit au-dessus du pont une Dame toute blanche qui va et vient, les mains jointes. Il s'exclame, mais sa sœur lui répond sans même se retourner: « Tais-toi, sot, c'est une auto qui descend de la route de Feschaux. » Finalement tous regardent et voient la Dame. Ils ont peur. A ce moment, la porte du pensionnat s'ouvre, et la religieuse, à qui ils en parlent se moque d'eux: comment la statue de la grotte de Lourdes, aménagée près de l'école pourrait-elle voler? Les enfants repartent en courant; ils se retournent, revoient la Dame, courent de plus belle. Ils rentrent chez eux très émus, racontent ce qu'ils ont vu. On ne les croit pas.

 

Le lendemain, l'incident se reproduit, le surlendemain, jeudi 1er décembre, la Dame apparaît quatre fois: la mère Degeimbre et quelques personnes ont accompagné les enfants qui tombent à genoux, comme foudroyés, dès que l'apparition se manifeste. Il se passe décidément quelque chose! Bientôt la nouvelle se répand, des gens viennent se joindre aux cinq voyants; la Vierge – elle a répondu affirmativement quand les enfants lui ont demandé si Elle est l'Immaculée Conception – apparaît désormais dans une aubépine, près de la grille du pensionnat: chaque soir jusqu'au 8 décembre, fête de l'Immaculée Conception, les enfants vont y réciter le Chapelet, en  attendant l'apparition; ce soir-là, la Vierge est plus lumineuse que d'habitude.

 

Puis quatre jours se passent, sans que les enfants ne voient rien. Est-ce fini? Le « message » est bref; la Vierge a demandé aux enfants « d'être bien sages » et de revenir le jour de l'Immaculée Conception. C'est tout. Mais il y a ces chutes à genoux, spectaculaires, synchronisées, et ces extases où les enfants paraissent insensibles au monde extérieur, absorbés dans la vision de la Vierge toute de blanc vêtue, lumineuse, une couronne d'or posée sur le voile qui couvre ses cheveux, tenant entre ses mains jointes un chapelet, qui leur dira le dernier jour: « Je suis la Mère de Dieu, la Reine des Cieux. »

 

Le 13 décembre, les apparitions reprennent, se succédant à un rythme irrégulier, souvent silencieuses; mais, tous les soirs, les enfants récitent le Chapelet à l'aubépine, et fidèles et curieux se joignent à eux, de plus en plus nombreux. Le Curé reste sur la réserve, note que le mouvement de ferveur populaire s'amplifie, que des conversions et des retours à la pratique religieuse s'opèrent, notamment dans les familles des voyants, plutôt indifférentes. La presse s'empare de l'évènement, le monte en épingle. Dès médecins interviennent, étudient les extases, une polémique s'ensuit. L'évêque de Namur préconise prudence et discrétion. On écarte toute supercherie, toute suggestion des plus jeunes par les aînées, Andrée et Fernande, qui ont près de 15 ans. La Vierge parle peu: Elle vient pour donner l'exemple de la prière, faire prier une population devenue tiède en matière de religion; le 29 décembre, écartant les mains, Elle dévoile sur Sa poitrine un Cœur d'Or, entouré de rayons; les appels à la prière et au sacrifice se multiplient. La Vierge confie un secret aux enfants, puis c'est la dernière apparition, le 3 janvier 1933.

 

Avec le temps, le sens des apparitions se précise: c'est un message en profondeur, au-delà des paroles, intériorisé. Il n'y a pas de sensationnel, de surenchère au merveilleux. L'élan de ferveur initial ne s'est jamais démenti, la vie exemplaire des voyants – tous mariés, (dont il ne reste plus qu'un de vivant) – constitue un beau témoignage de la grâce reçue. Des miracles de guérisons ont déterminé Monseigneur Charue à reconnaître, en 1949, au terme d'une enquête rigoureuse, le caractère surnaturel des faits. Actuellement, le sanctuaire de la Vierge au Cœur d'Or est un des pèlerinages les plus importants de Belgique.

 

D'après « Les Apparitions de la Vierge », de Joachim Boufflet, Ed. Calmann-Lévy


30 novembre 2017

Apparition de Notre Dame de la Salette

Apparition de Notre Dame de la Salette

Apparition de Notre Dame de la Salette

Réalisation novembre 2018

Icône disponible sur demande

 

 

L’Apparition de Notre Dame Réconciliatrice de La Salette

 

19 septembre 1846

 


Mélanie Calvat (14 ans) et Maximin Giraud (10 ans), tous deux nés à Corps et tous deux bergers dans les hauts alpages, au service de paysans, se rencontrent pour la première fois le 17 septembre 1846 en menant leur troupeau. Le lendemain, 18 septembre, ils se retrouvent de bonne heure en montent avec leur petit troupeau de trois vaches chacun.

Maximin, qui est sociable, propose : « Petite, je viens avec toi ». Mais Mélanie est méditative et contemplative, et « fait conversation avec les petites fleurs du Bon Dieu ». II insiste, car il aime parler et jouer. II finit par la rallier. Ils parlent et jouent ensemble. Mélanie indique des arbres fruitiers à son grand appétit.

 

Le lendemain 19, ils se retrouvent sur la route qui monte, au-dessus du hameau de La Salette. Ils cueillent des fleurs, bâtissent une hutte avec «un étage : le paradis» où ils mettent les fleurs. Ils déjeunent de pain et d'un morceau de tome, font la sieste puis se réveillent et ne voient plus leurs bêtes. Ils les retrouvent plus haut, puis redescendent vers leurs sacs. C'est alors, peu avant 13 heures, que Mélanie aperçoit une vive clarté. Bientôt elle fait signe à Maximin qui n'a rien vu. II vient près d'elle et voit comme elle la lumière, et dans la lumière la dame au costume insolite. Ils discernent progressivement dans la clarté éblouissante, la dame assise la tête dans les mains et qui pleure.

 

« Avancez, dit-elle, n'ayez pas peur, je suis ici pour vous annoncer une grande nouvelle »...

 

 

 

Paroles de la Vierge Marie

 


« Si mon peuple ne veut pas se soumettre, Je suis forcée de laisser aller la main de mon Fils. Elle est si lourde et si pesante, que je ne puis plus la retenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, Je suis chargée de le prier sans cesse. Et pour vous autres, vous n'en faites pas cas… Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième, et on ne veut pas me l'accorder. Ceux qui conduisent les charrettes, ne savent pas parler sans y mettre le Nom de mon Fils au milieu. Ce sont les deux choses qui appesantissent tant le bras de mon Fils. Si la récolte se gâte, ce n'est qu'à cause de vous autres. Ah ! mes enfants, il faut bien faire votre prière soir et matin...

 

 

 

Historique

 

 

 

Le 19 Septembre 1846, Mélanie et Maximin gardent leurs brebis quand soudain : « Je vis une belle lumière plus brillante que le soleil, et à peine ai-je pu dire ces paroles : « Maximin, vois-tu là-bas ? » Ah, mon Dieu ! En même temps je laissais tomber le bâton que j'avais, en main (...) Je regardais bien fortement cette lumière qui était immobile, et comme si elle se fût ouverte, j'aperçus une autre lumière bien plus brillante et qui était en mouvement, et, dans cette lumière une très belle dame assise sur notre Paradis, ayant la tête dans les mains ».

 

La Dame invite les deux enfants à s'approcher d'elle sans peur, se lève, et leur transmet un message : « Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller la main de mon Fils. Elle est si lourde et pesante que je ne puis plus la retenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres !

 

Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse. Et, pour vous autres, vous n'en faites pas cas. Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j'ai prise pour vous autres. Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième, et on ne veut pas me l'accorder. C'est ce qui appesantit tant le bras de mon Fils. Et ceux qui conduisent les charrettes ne savent pas parler sans y mettre le nom de mon Fils au milieu. Ce sont les deux choses qui appesantissent tant le bras de mon Fils. Si la récolte se gâte, ce n'est qu'à cause de vous autres. Je vous l'ai fait voir l'année passée par les pommes de terre, vous n'en avez pas fait cas; c'est au contraire quand vous en trouviez de gâtées que vous juriez, et vous mettiez le nom de mon Fils. Elles vont continuer à se gâter et à la Noël il n'y en aura plus.» 

A ce moment la belle Dame passa du Français au patois. Après avoir répété le passage précédent, elle continua : « Si vous avez du blé, il ne faut pas le semer. Tout ce que vous sèmerez, les bêtes le mangeront; et ce qui viendra tombera tout en poussière quand vous le battrez. Il viendra une grande famine. Avant que la famine vienne, les petits enfants au-dessous de sept ans prendront un tremblement et mourront entre les mains des personnes qui les tiendront; les autres feront pénitence par la faim. Les noix deviendront mauvaises ; les raisins pourriront ».

 

Elle exhorte alors les enfants à prier matin et soir, et poursuit : « Il ne va que quelques personnes un peu âgées à la messe, les autres travaillent tout l'été le dimanche et l’ hiver, quand ils ne savent que faire, ils ne vont à la messe que pour se moquer de la religion. Le carême, ils vont à la boucherie comme des chiens ».

 

Poursuivant, l'Apparition demande aux voyants s'ils ont déjà vu du blé gâté. A la réponse négative de Maximin elle poursuit : « Mais toi, mon enfant, tu dois bien en avoir vu une fois, vers le Coin, avec ton père. L'homme de la pièce dit à ton père : venez voir comme mon blé se gâte. Vous y êtes allés. Ton père prit deux ou trois épis dans sa main, les frotta, et ils tombèrent en poussière. Puis en vous retournant, quand vous n'étiez plus qu'à une demi-heure de Corps, ton père te donna un morceau de pain en te disant : « Tiens, mon enfant, mange cette année, car je ne sais pas qui mangera l'année prochaine si le blé se gâte comme cela ». Et Maximin se rappela cet épisode dans tous ses détails.

 

La Vierge termina avec insistance, passant du patois au français, en s’élevant : « Eh ! bien, mes enfants : vous le ferez passer à tout mon peuple.... » Elle traversa la Sézia et gravit le monticule d'où Mélanie et Maximin avaient aperçu les vaches. « Nous la suivions parce qu'elle attirait par sa splendeur, et aussi par sa grande bonté. Ses pieds effleuraient l'herbe sans la faire plier. Elle me regardait avec une grande bonté, ajoute-t-elle. J'aurais voulu me lancer dans ses bras ».

 

A partir de ce jour, la fontaine tarissante n’a plus cessé de couler, se montrant miraculeuse. Les apparitions de Marie à La Salette (III) « La Très Sainte Vierge, poursuit Mélanie, pleurait presque tout le temps qu'elle me parla. Ses larmes coulaient une à une, lentement jusqu'à ses genoux, puis, comme des étincelles de lumière, elles disparaissaient (..) J'aurais voulu la consoler et qu'elle ne pleurât plus, mais il me semblait qu'elle avait besoin de montrer ses larmes pour mieux montrer son amour oublié des hommes. J'aurais voulu me jeter dans ses bras et lui dire : « Ma bonne mère, ne pleurez pas ! Je veux vous aimer pour tous les hommes de la Terre ! »

 

Elle était toute belle, toute faite d'amour. Il semblait que la parole amour sortait de ses lèvres très pures. Son regard était doux, pénétrant. Le vêtement était d'un bleu argenté. Il n'avait rien de matériel et il était composé d'une lumière variante et scintillante. La couronne de roses qu'elle avait sur la tête est tellement lumineuse qu'il est impossible de s'en faire une idée. Il partait des roses comme des rayons d'or, qui, réunis, formaient un beau diadème plus splendide que le soleil. Elle avait un tablier jaune. Que dis-je, jaune ? Il était plus brillant que plusieurs soleils ensemble. Ce n'était pas une étoffe matérielle, mais un composé de gloire... d'une beauté qui me ravissait.

 

Au cou, elle avait deux chaînes, une plus grande et l'autre plus petite. A cette dernière était jointe une croix étincelante dont le crucifix était couleur de chair naturelle, brillant d'une grande splendeur. Il avait la tête baissée, le corps affaissé retenu seulement par des clous, comme s'il devait tomber. Mais parfois il semblait vivant, la tête droite, les yeux ouverts, et avait l'air de vouloir parler : de déclarer aux hommes qu'il est venu pour nous, pour nous attirer à Lui, à son amour infini. Oh! quelle peine d'être si pauvre dans mes expressions pour redire l'amour de notre Sauveur pour nous ! »

 

Mélanie révéla aussi un secret qui, à la demande de la Vierge Marie, ne fut publié qu'après 1858. Des phrases dont la teneur témoigne à notre époque d'une certaine réalité, alarmantes, mais aussi non dénuées d'espoir. La dernière phrase du secret, dont le contenu fit l'objet de polémique, résume un peu cela : « Alors l'eau et le feu purifieront la terre et consumeront toutes les oeuvres de l'orgueil des hommes, et tout sera renouvelé : Dieu sera servi et glorifié ». Mélanie Calvat est enterrée à Altamura, en Italie.

 

 

 

Extrait du site http://apotres.amour.free.fr

 

Pour approfondir

Site du Sanctuaire de la Salette

https://lasalette.cef.fr

 

 

23 novembre 2017

La Vie des Frères Mineurs (Règle de Saint François)

SKMBT_C28017112316530_0001

La Vie des Frères Mineurs

(Régle de Saint François d'Assise)

Réalisation novembre 2017

Icône disponible

 

La Règle de Saint François

 

La règle de notre ordre a été officiellement approuvée par le pape Honorius III dans sa bulle du 29 novembre 1223 (cf. photo ci-dessous). Rappelons qu’une bulle (du latin « bulla» qui signifie « sceau ») est un document, originellement scellé par lequel le pape pose un acte juridique important. Cette règle, connue sous le nom de  « règle bullata », est la forme définitive de la  « Vie » initialement présentée par François et ses frères au pape Innocent III en 1209. Malgré son ancienneté, elle est encore aujourd’hui la règle officielle de l’ordre des frères mineurs (mineursconventuels, et capucins). Elle définit notre manière de vivre en fraternité selon le charisme voulu par Saint François. Elle peut se résumer en ceci :

 

« Observer le Saint Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ,

en vivant dans l’obéissance, sans rien en propre et dans la chasteté ».

 

Pour lire le texte de la Règle des Frères Mineurs, cliquer ICI

 

La Vie des Frères Mineurs

Journée-type d'un Franciscain

 

Chaque fraternité organise sa journée en fonction de sa présence dans l’Église locale. La prière et la mission y tiennent une part essentielle. La « journée-type » d’un frère dans notre custodie se présente comme suit :

 

Matin :

Lever.

Oraison commune en silence (entre 30 et 60 minutes).

Prière de l’office des lectures et des laudes.

Eucharistie.

Petit-déjeuner.

Mission : formation, rencontres, culte, animation, etc.

 

Vers midi :

 

Prière du chapelet et du milieu du jour.

Déjeuner.

 

Après-midi :

 

Mission : formation, rencontres, culte, animation, etc.

 

Soir :

 

Oraison en silence.

Prière des vêpres.

Dîner.

Mission ou repos.

Prière des complies.

 

Les frères se retrouvent une fois par semaine pour le chapitre, un temps d’organisation et de partage (prière commune, logistique, partage de vie, …). En outre, une fois par mois, ils font une sortie communautaire dans un cadre informel.

 

Textes extraits du site : https://vocationfranciscaine.com

 

 

Posté par fmonvoisin à 17:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 novembre 2017

Krist Roue ar Hollved

Christ Roi de l'Univers

Krist Roue ar Hollved

Le Christ Roi de l'Univers

Réalisation novembre 2017

Disponible sur demande

 

Traduction

"E teuy da vorn ar re veo nag ar re varo ha ne vo fin ebed d'e rouantelez": 

"Il reviendra pour juger les vivants et les morts et son règne n'aura pas de fin".

 

Le Christ Roi de l’Univers

 

La Fête du Christ Roi de l’Univers

 

C’est avec la fête du Christ-Roi de l’Univers, instituée en 1925 par le Pape Pie XI, que s’achève l’année liturgique. Nous célébrons celui qui n’est pas roi à la manière des princes d’ici-bas mais qui s’abaisse et livre sa vie pour tous, afin que tous nous régnions dans la gloire à ses côtés. La fête du Christ-Roi veut ainsi convertir nos cœurs et nos représentations, pour que nous comprenions que la puissance véritable réside mystérieusement dans l’abaissement et le don de soi. Son règne est celui de la justice et de l’amour, objet de toute espérance et dont l’édification patiente est la mission de chaque homme. Précédent l’entrée dans le temps de l’Avent et marquant la fin d’une année liturgique, cette fête nous invite ainsi à célébrer Celui qui, par-delà les ans, domine l’histoire depuis son commencement jusqu’à son achèvement en Dieu. (Texte extrait du site lerosairesaintmaur.org).

 

Homélie du Père Colomb pour la solennité du Christ Roi

 

La fête du Christ Roi fut instituée en 1925 par le pape Pie XI. Pâques, l’Ascension, l’Épiphanie fêtent aussi la royauté du Christ. Et bien, alors pourquoi cette fête ? Pour nous inviter à découvrir la royauté paradoxale du Christ. Une royauté qui ne vient pas du monde comme le dit le Seigneur dans son dialogue avec Pilate. La Royauté du Christ est règne de vie et de vérité, règne de grâce et de sainteté, règne de justice, d’amour et de paix (préface du jour).

L’évangéliste st Jean nous permet de pressentir ce que signifie la royauté du Christ. Lorsque Jésus est arrêté à Gethsémani, il est conduit chez le grand prêtre et dans cette partie juive de son procès, ce qui est en cause, c’est son identité. Est-il le Christ, le Fils du Béni (Mc 14,61), le Fils de Dieu (Mt 26, 63), de quel droit peut-il pardonner ? Dieu seul peut pardonner ! Comment Jésus peut-il s’arroger ce droit ?

Devant Pilate, ces questions religieuses ne sont pas importantes et les questions de Pilate portent sur la royauté du christ : « Es-tu le roi des Juifs ? » Jésus répond que sa royauté ne vient pas de ce monde et l’échange entre Jésus et Pilate se termine sur la question de la vérité : « Qu’est-ce que la vérité ? » Le Christ répond aux deux questions de Pilate : « Es-tu le roi des Juifs ? » « Qu’est-ce que la vérité ? »

Le Christ est roi parce qu’il a donné sa vie, il refuse le messianisme triomphant quand le peuple juif veut le faire roi. Il est roi mais la foule versatile, la foule qui l’acclame, la foule qui chante « Hosanna au Fils de David », la foule qui voulait le faire roi pour libérer Israël de l’occupant romain, cette foule demandera sa mort et lui préfèrera Barabbas !

Cette foule demandera sa mort au cri de « Crucifie le ! » et ce roi finira entre deux bandits, exposé à la vindicte publique, roi vaincu par la haine des hommes ! Il est l’alpha et l’oméga. Du début à la fin, de Bethléem au Golgotha, de l’humilité et de la pauvreté de sa naissance à la solitude de sa mort, le christ nous montre une royauté paradoxale : une royauté qui a rendu témoignage à la vérité !

 

Qu’est-ce que la vérité ?

 

Dans ses questions à Jésus, Pilate argumente, il utilise sa raison, il veut sauver Jésus, il ne le croit pas coupable et le trouble s’empare de lui lorsque la foule demandera la libération du criminel Barabbas. Pilate fait bien son travail, il accomplit son devoir d’état. Il voudrait libérer Jésus et il essaye de le convaincre de se montrer raisonnable : « Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te relâcher et le pouvoir de te crucifier ? » (Jn 19, 10). Pilate ne comprend pas que Jésus est venu pour rendre témoignage à la vérité, rendre témoignage au Père, glorifier le Père. La Gloire de Dieu, c’est l’homme vivant, la Gloire de Dieu, c’est le Fils crucifié puis ressuscité !

La croix est le prix de l’amour, le carrefour de la vérité. Au pied d’elle se retrouvent ceux qui tuent et Celui qui aime, jusqu’à aimer ses ennemis ! Oui le christ est roi parce qu’il donne sa vie et st Hilaire pourra écrire : « Il faut nous glisser dans le mystère de Dieu qui a choisi l’humilité, le don total, la folie de la croix ». Et c’est pourquoi son royaume n’est pas de ce monde, son royaume n’a pas de frontière, son royaume est dans les cœurs des hommes : « Tout homme qui appartient à la vérité écoute ma voix ».

Le royaume de Dieu, ce sont les semences d’amour ici et là, c’est la fraternité vécue par les hommes dans ce monde inconscient du péché et paradoxalement avide de libération. La croix, c’est la réponse à Pilate : « Qu’est-ce que la vérité ? ». Seigneur, nous qui sommes en quête de la Vérité, nous te prions « que ton règne vienne ! »

Questions : qu’en est-il du Royaume pour moi ? Est-ce que je rends témoignage par la fidélité de ma vie, par mon engagement à la suite du Christ ? Suis-je au service de la Vérité ? Est-ce que j’aime mes frères dans le service quotidien qui est le mien ? Suis-je un maillon dans l’Église, cette chaîne de salut, qui veut mettre les hommes debout au nom de l’Évangile ? Face à l’injustice, au mal, à la violence, quelle est ma réaction ? Ne suis-je pas comme le peuple juif au temps de Jésus, lorsque j’attends des solutions immédiates, lorsque je recherche l’homme providentiel, lorsque je sacre des rois de pacotille ?

 

Lecture patristique : Homélie de saint Jean Chrysostome (+ 407)

(Homélie sur la croix et le larron, 1,3-4, PG 49, 403-40.)


Seigneur, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne (Lc 23,42). Le larron n'a pas osé faire cette prière avant d'avoir déposé par son aveu le fardeau de ses péchés. Tu vois, chrétien, quelle est la puissance de la confession! Il a avoué ses péchés et le paradis s'est ouvert. Il a avoué ses péchés et il a eu assez d'assurance pour demander le Royaume après ses brigandages.

Songes-tu à tous les bienfaits que la croix nous procure ? Tu veux connaître le Royaume ? Dis-moi : Que vois-tu donc ici qui y ressemble ? Tu as sous les yeux les clous et une croix, mais cette croix même, disait Jésus, est bien le signe du Royaume. Et moi, en le voyant sur la croix, je le proclame roi. Ne revient-il pas à un roi de mourir pour ses sujets ? Lui-même l'a dit : Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis (Jn 10,11). C'est également vrai pour un bon roi : lui aussi donne sa vie pour ses sujets. Je le proclamerai donc roi à cause du don qu'il a fait de sa vie. Seigneur, souviens-toi de moi quand tu seras dans ton Royaume.

Comprends-tu maintenant comment la croix est le signe du Royaume ? Si tu le veux, voici encore une autre preuve. Le Christ n'a pas laissé sa croix sur la terre, mais il l'a soulevée et emportée avec lui dans le ciel. Nous le savons parce qu'il l'aura près de lui quand il reviendra dans la gloire. Tout cela pour t'apprendre combien est vénérable la croix qu'il a appelée sa gloire.

Lorsque le Fils de l'homme viendra, le soleil s'obscurcira et la lune perdra son éclat (Mt 24,29). Il régnera alors une clarté si vive que même les étoiles les plus brillantes seront éclipsées. Les étoiles tomberont du ciel. Alors paraîtra dans le ciel le signe du Fils de l'homme (Mt 24,29-30).

Tu vois quelle est la puissance du signe de la croix ! Quand un roi entre dans une ville, les soldats prennent les étendards, les hissent sur leurs épaules et marchent devant lui pour annoncer son arrivée. C'est ainsi que des légions d'anges et d'archanges précéderont le Christ, lorsqu'il descendra du ciel. Ils porteront sur leurs épaules ce signe annonciateur de la venue de notre Roi.

 

Prière

 

Dieu éternel, tu as voulu fonder toutes choses en ton Fils bien-aimé, le Roi de l'univers ; fais que toute la création, libérée de la servitude, reconnaisse ta puissance et te glorifie sans fin. Par Jésus Christ.

(Extrait du site mission.mepasie.org)

31 octobre 2017

Icône Laudato Si

Icône Laudato Si

"Loué sois-tu"

Réalisation octobre 2017

Disponible sur commande

Laudato Si

 

Cette icône Laudato Si représente le Cantique des Créatures de Saint François d’Assise, qui est le texte le plus célèbre composé et aussi le plus beau des textes qui a été composé par le Saint Poverello d'Assise. Seules les représentation des oiseaux et de Frère Loup ne figurent pas dans le cantique des Créatures, car ces récits se trouvent dans les Fiorettis de Saint François.

 

Le Cantique des Créatures

 

« Le Cantique des Créatures », également connu sous le nom "Le Cantique de Frère Soleil et Sœur Lune » est le premier poème écrit en italien. Son auteur est Saint François d'Assise qui a terminé de le composer en 1226. La poésie est une louange à Dieu, à la vie et à la nature que l'on voit dans toute sa beauté et sa complexité. En voici le texte original, suivi de sa traduction.

 

Altissimu, onnipotente, bon Signore,
tue so’ le laude, la gloria e l’honore et onne benedictione.
Ad te solo, Altissimo, se konfano,
et nullu homo ène dignu te mentovare.

 

Laudato sie, mi’ Signore, cum tucte le tue creature,
spetialmente messor lo frate sole,
lo qual è iorno, et allumini noi per lui.

 

t ellu è bellu e radiante cum grande splendore:
de te, Altissimo, porta significatione.

 

Laudato si’, mi’ Signore, per sora luna e le stelle:
in celu l’ài formate clarite et pretiose et belle.
Laudato si’, mi’ Signore, per frate vento
et per aere et nubilo et sereno et onne tempo,
per lo quale a le tue creature dài sustentamento.

 

Laudato si’, mi’ Signore, per sor’aqua,
la quale è multo utile et humile et pretiosa et casta.
Laudato si’, mi’ Signore, per frate focu,
per lo quale ennallumini la nocte:
ed ello è bello et iocundo et robustoso et forte.

 

Laudato si’, mi’ Signore, per sora nostra matre terra,
la quale ne sustenta et governa,
et produce diversi fructi con coloriti flori et herba.
Laudato si’, mi’ Signore, per quelli ke perdonano per lo tuo amore
et sostengo infirmitate et tribulatione.
Beati quelli ke ‘l sosterrano in pace,
ka da te, Altissimo, sirano incoronati.

 

Laudato si’, mi’ Signore, per sora nostra morte corporale,
da la quale nullu homo vivente pò skappare:
guai a·cquelli ke morrano ne le peccata mortali;
beati quelli ke trovarà ne le tue sanctissime voluntati,
ka la morte secunda no ‘l farrà male.

 

Laudate e benedicete mi’ Signore et rengratiate
e serviateli cum grande humilitate.

 

SKMBT_C28017103111210-008

Très haut, tout puissant et bon Seigneur,
à toi louange, gloire, honneur,
et toute bénédiction ;
à toi seul ils conviennent, ô Très-Haut,
et nul homme n’est digne de te nommer.

 

SKMBT_C28017103111210-002

Loué sois-tu, mon Seigneur, avec toutes tes créatures,
spécialement messire frère Soleil.
par qui tu nous donnes le jour, la lumière :
il est beau, rayonnant d’une grande splendeur,
et de toi, le Très-Haut, il nous offre le symbole.

 

SKMBT_C28017103111210-006

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur Lune et les étoiles :
dans le ciel tu les as formées,
claires, précieuses et belles.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour frère Vent,
et pour l’air et pour les nuages,
pour l’azur calme et tous les temps :
grâce à eux tu maintiens en vie toutes les créatures.

 

SKMBT_C28017103111210-001

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur Eau.
qui est très utile et très humble,
précieuse et chaste.

 

SKMBT_C28017103111210-009

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour soeur notre mère la Terre,
qui nous porte et nous nourrit,
qui produit la diversité des fruits,
avec les fleurs diaprées et les herbes.

 

SKMBT_C28017103111210-003

Loué sois-tu, mon Seigneur, pour ceux
qui pardonnent par amour pour toi ;
qui supportent épreuves et maladies :
heureux s’ils conservent la paix
car par toi, le Très-Haut, ils seront couronnés.

 

Loué sois-tu, mon Seigneur,
pour notre soeur la Mort corporelle
à qui nul homme vivant ne peut échapper.
Malheur à ceux qui meurent en péché mortel ;
heureux ceux qu’elle surprendra faisant ta volonté,
car la seconde mort ne pourra leur nuire.

 

SKMBT_C28017103111210-007

Louez et bénissez mon Seigneur,
rendez-lui grâce et servez-le
en toute humilité !

 

SKMBT_C28017103111210-004

Mise a jour de la page: 31 octobre 2017

 

 

18 octobre 2017

Sainte Jeanne d'Arc

Ste Jeanne d'Arc

Sainte Jeanne d'Arc

Réalisation octobre 2017

Icône disponible sur demande

 

Sainte Jeanne d'Arc

Sainte Patronne de la France

1412-1431

 

Sainte Jeanne d’Arc montre une fois de plus, et d’une manière particulièrement éclatante, deux choses : combien Dieu aime la France et comme il est vrai qu’Il Se plaît à choisir les plus faibles instruments pour l’accomplissement des plus grandes choses.

Jeanne d’Arc naquit à Domremy, dans la Lorraine actuelle, le 6 janvier 1412 ; ses parents, Jacques d’Arc et Isabelle Romée, étaient des cultivateurs faisant valoir leur petit bien. La première parole que lui apprit sa mère fut le nom de Jésus ; toute sa science se résuma dans le Pater, l’Ave, le Credo et les éléments essentiels de la religion. Elle se confessait et communiait très régulièrement ; tous les témoignages contemporains s’accordent à dire qu’elle était "une bonne fille, aimant et craignant Dieu", priant beaucoup Jésus et Marie. Son curé put dire d’elle : "Je n’ai jamais vu de meilleure chrétienne, et il n’y a pas sa pareille dans toute la paroisse."

La France était alors à la merci des Anglais et des Bourguignons, leurs alliés ; la situation du roi Charles VII était désespérée. Mais Dieu Se souvint de Son peuple, et afin que l’on vît d’une manière évidente que le salut venait de Lui seul, Il Se servit d’une humble fille des champs. Jeanne avait treize ans quand l’Archange saint Michel lui apparut une première fois, vers midi, dans le jardin de son père, lui donna des conseils pour sa conduite et lui déclara que Dieu voulait sauver la France par elle. Les visions se multiplièrent ; l’Archange protecteur de la France était accompagné de sainte Catherine et de sainte Marguerite, que Dieu donnait à Jeanne comme conseillères et comme soutien.

Jusqu’ici la vie de Jeanne est l’idylle d’une pieuse bergère ; elle va devenir l’épopée d’une guerrière vaillante et inspirée ; elle avait seize ans quand le roi Charles VII, convaincu de sa mission par des signes miraculeux, lui remit la conduite de ses armées. Bientôt Orléans est délivrée, les Anglais tremblent et fuient devant une jeune fille. Quelques mois plus tard, le roi était sacré à Reims.

Dans les vues divines, la vie de Jeanne devait être couronnée par l’apothéose du martyre : elle fut trahie à Compiègne, vendue aux Anglais, et après un long emprisonnement, où elle subit tous les outrages, condamnée et brûlée à Rouen (30 mai 1431). Son âme s’échappa de son corps sous la forme d’une colombe, et son coeur ne fut pas touché par les flammes.

L’Église a réhabilité sa mémoire et l’a élevée au rang des Saintes. Jeanne d’Arc demeure la gloire de la France, sa Protectrice puissante et bien-aimée. Elle a été déclarée sa Patronne secondaire par un Bref du Pape Pie XI, le 2 mars 1922.

 

(Texte extrait du site viechretienne.catholique.org).

 

Posté par fmonvoisin à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]