Icônes et dessins

28 avril 2019

Liste des dessins

Liste des dessins

(Pour les visionner cliquer sur les titres)

 

Chaque dessin représente plusieurs heures parfois même plusieurs jours de travail. Ces dessins sont faits dans le silence, la prière et la louange. Ils sont l'expression de ma prière et de ma méditation. Je ne place plus désormais dans cette liste que les nouveaux réalisés, car le nombre de dessins présent est assez conséquent... Tous sont vendus... Ceux présents ci après peuvent toujours etre refaits...

 

1- Dessins

 

 Dessins du Seigneur

 

Pour visualiser les dessins, cliquer sur les titres

 

1-Dieu le Père, (D'après Mère Eugenia E. Ravasio)

2- Dieu le Père, Visage

3-La Sainte Face de Jésus

4- La Nouvelle Alliance de la Miséricorde (grande taille)

5- 

 

Dessins de la Vierge Marie

 

1-

 

 

Dessins des Saints

 

1-Le coeur très chaste de Saint Joseph

2- Bienheureux Edouard Poppe NOUVEAU

3- Le Vénérable Léon Papin Dupont NOUVEAU

4-

 

 


Dessins Franciscains

 

1- Sainte Claire d'Assise

2- Notre Dame de la Trinité

3- Bienheureuse Marie de la Passion

4- 

 2- Icones

 

- Icônes du Seigneur

 

1- La plaie de l'épaule du Seigneur

2- La Trinité de Sainte Hildegarde de Bingen

3- La Sainte Trinité

4- Le Christ de la Miséricorde Divine

5- Le Saint Nom du Seigneur

6- Dieu le Père (D'après Mère Eugénia Ravasio)

7- La Présence de Dieu

8- Le Coeur Miséricordieux de Jésus

9- Setu Den! (Voici l'Homme)

10- Furnezh Doué (La Divine Sagesse)

11- Le Divin Coeur de Dieu le Père englobant tous les coeurs

12- L'Arbre de Vie (Grande taille)

13- Le Saint Esprit

14- Le Saint Nom de Jésus

15- Le Christ Prêtre

16- Dieu le Père (d'après Mère Eugenia Ravasio)

17- Le Trône de Justice

18- La Miséricorde Divine (Précieux Sang) NOUVEAU

19- L'Adoration de l'Agneau Mystique NOUVEAU

20- Le Christ Libérateur NOUVEAU

21- La Sainte Trinité (Vision de Sainte Hildegarde de Bingen) NOUVEAU

22- "Recevez le Saint Esprit"  NOUVEAU

23- La Théophanie de la Charité NOUVEAU

24- 

 

 

Icônes Mariales

 

1- Notre Dame de Lourdes

2- La Vierge des Pauvres de Banneux

3- Apparition de Notre Dame de Lourdes

4- Marie, Mère du Divin Amour

5- La Vierge de Prague

6- Notre Dame du Mont Carmel

7- Notre Dame du Sacré Coeur

8- Notre Dame du Refuge

9- Icône de la Vierge Africaine

10- Notre Dame de Clarté

11- Notre Dame de Rocamadour

12- Notre Dame du Saint Esprit

13- Notre Dame du Silence

14- La Vierge de Saint Luc

15- Marie, Mère du Bel Amour

16- Dimeziñ ar Mamm di Doué (Le mariage de la Mère de Dieu)

17- Notre Dame de Beauraing

18- Notre Dame de Banneux

19- Madonne de Stalingrad

20- Notre Dame des Prêtres (Grande taille)

21- Notre Dame de Condat

22- Notre Dame de la Salette

23- Apparition de Notre Dame de la Salette

24- Croix de Notre Dame de la Salette

25- Notre Dame de la Pentecôte

26- Notre Dame de Fatima

27- Marie Mère de la Miséricorde Divine

28- Notre Dame d'Aquitaine

29- Notre Dame de la Trinité

30- La Vierge au Coeur d'Or (Grande Taille)

31- Notre Dame du Perpétuel Secours

32- Rosa Mystica NOUVEAU

33- Mère Trois Fois Admirable de Schoenstatt  NOUVEAU

34- Notre Dame de la Garrigue  NOUVEAU

35- Marie qui défait les noeuds NOUVEAU

36- La Madonne del Sangue NOUVEAU

37- Notre Dame qui défait les épines NOUVEAU

38- 

 

Icônes des Saints

 

1- La Vie Communautaire

2- Saint Joseph "Anima Mea"

3- Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus

4- Saint Remacle

5- Saint Jean Paul II 

6- Bienheureux Paul VI

7- Les deux colonnes de l'Eglise

8- Saint Abbé Julio

9- Monseigneur Vilatte

10- Saint Abbé Julio (grande taille)

11- Saint Charbel Makkhlouf

12- Saint Matthieu

13- Saint Luc

14- Saint Marc

15- Saint Jean

16- Sainte Maria Goretti

18- Bienheureux Charles de Foucauld (Grande Taille)

19- Sainte Marie-Madeleine (Grande Taille)

20- Saint Jude Thaddée (Grande Taille)

21- Saints Louis et Zélie Martin (Grande Taille)

22- Bienheureux Pier Gorgio Frassatti (Grande Taille)

23- Sainte Philomène I (Grande Taille)

24- Sainte Philomène II (Grande Taille)

25- Origène d'Alexandrie

26- Saint Mutien-Marie de Malonne

27- Saint Joseph, Gardien des Coeurs de Jésus et de Marie

28- Sainte Rita de Cascia

29- L'Ange Protecteur de Gazinet

30- Sainte Quitterie d'Aire

31- Sainte Sylvie de Rome

32- Saint Didier

33- Les 7 Archanges

34- Bienheureux Isidore de Loor

35- L'Ange au Sourire

36- Sainte Jeanne d'Arc

37- Les Trois Saints Evêques de Bordeaux  NOUVEAU

38- Les Saints Pauvres  NOUVEAU

39- Saint Edouard le Confesseur  NOUVEAU

40- Le songe de Saint Aubert  NOUVEAU

41- Saint Pey Berland et Notre Dame d'Aquitaine (Petite Taille)  NOUVEAU

42- Saint Raphaël Archange  NOUVEAU

43- Saint Jean Paul II  NOUVEAU

44- Saint François de Sales NOUVEAU

45- Sainte Geneviève de Nanterre NOUVEAU

46- Père Jacques Hamel

47- Saint Pey Berland et Notre Dame d'Aquitaine (Grande Taille)

48- Les Neuf Choeurs des Anges (Grande Taille)

49- Bienheureuse Adèle de Trenquelléon

50-  

Icônes Franciscaines

 

1- La Dormition de Saint François (D'après Giotto)

2- Saint François et Saint Pio

3- Saint François et le Crucifié

4- Saint François et le sultan

5- Saint François au Sacro Speco

6- Saint Maximilien Kolbe

7- Saint Jean XXIII

8- Sainte Claire et Saint Yves

9- Saint Bonaventure

10- Sainte Elisabeth de Hongrie

11- Saint François d'Assise, Patron des animaux (Grande Taille)

12- Le Transitus de Saint François (Grande Taille)

13- Icône Laudato Si (Grande Taille)

14- Saint Lucchese et Bona Dona (Grande Taille)

15- Saint Jean-Marie Vianney (Grande Taille)

16- Saint François d'Assise (D'après Cimabue)

17-18 -Icônes du Jubilé Franciscain

19- Les premiers Franciscains de France

20- Bienheureux Franz Jägestatter

21- Saint François d'Aquitaine (petite Taille)

22- Saint François d'Aquitaine (Grande Taille)

23- Bienheureuse Marie Céline de la Présentation 

24- Le Dépouillement de Saint François 

25- Bienheureuse Marie-Céline de la Présentation (Version 1) Grande Taille 

26- Bienheureux Pacifique

27- Bienheureux Pacifique 2

28- Saint Maximilien Kolbe

29- La Vie des Frères Mineurs (Règle de Saint François)

30- Les Premiers Franciscains de France (Grande Taille)

31- Notre Dame des Cordeliers de Bordeaux (Grande Taille)

32- Saint Maximilien Kolbe (Grande taille)

33- Bienheureux Jean Duns Scot

34- Saint François d'Assise "Chantre de la Création" 

35- Le Transitus de Saint François

36- Saint François au désert

37- Saint François et les lépreux NOUVEAU

38- Bienheureuse Isabelle de France  NOUVEAU

39- La stigmatisation de Saint François NOUVEAU

40- Saint François et le Sultan (Version 2)  NOUVEAU

41- Saint François et le sultan (Version 3)  NOUVEAU

42- Saint François d'Assise à Greccio  NOUVEAU

43- La Séraphique Mère Sainte Claire d'Assise NOUVEAU

44- Saint Bonaventure

45- Saint François et les oiseaux

46- Icône Laudato Si (2e version) (Grande Taille)

47- Bienheureux Raymond Lulle

48- 

 

Icônes Celtes et Bretonnes

 

1- Croix Celtique

2- La Trinité Celte

3- Saint Joseph d'Arimathie 

4- Santez Anna, Mamm di Mamm di Doué

5- Saint Yves

6- Intron Santez Anna

7- Sant Yann Divotoù (Saint jean le Déchaussé)

8- Distro Saint Paol ouzh Doué (La Conversion de Saint Paul)

9- Sant Loeiz-Varia Grignion ar Moñforzh (Saint Louis-Marie Grignion de Monfort) 

10- Trugarezek evel an Tad

11- Sant Yoakim (Saint Joachim) 

12- Varia Tron ar Furnezh

13- Intron Varia ar Azvent

14- Santel Patromez ar Breizh

15- Intron-Varia ar Virtuzioù

16- Dimeziñ ar Mamm di Doué (Le Mariage de la Mère de Dieu)

17- Setu Den (Voici l'Homme)

18-  Sant Koulman

19- Kouskedigezh d'ar Intron-Santez Anna (La Dormition de Sainte Anne)

20- Gouel ar Steredenn

21- Kalonoù Unanet ar Jezus ha Varia

22- Saint Joseph qui dort

23-Krist Roue ar Hollved (Le Christ roi de l'Univers)

24- L'Arbre de Vie (Christ de Jelling)  NOUVEAU

25- Saint Michel Archange  NOUVEAU

26- Sant Padrig  NOUVEAU

27- Santez Anna ha Sant Yoakim  NOUVEAU

28- Santez Treinded  NOUVEAU

29- Saintes Brigitte et Darlughdach de Kildare  NOUVEAU

30- Sant Koulman ar Bobbio NOUVEAU

31- Sant Donasian ha Sant Rogasian (An Bugale ar Naoned) NOUVEAU

32- Sant Salaün ar Folgoat NOUVEAU

33- 

Séries

 

1- Via Matris

2- Via Lucis I

3- Le Chemin de Croix Evangélique  NOUVEAU

3- Via Lucis II 

4- Le Chemin de Croix 

 

Les dessins disponibles sont réalisés en format A4, (petite taille) pour le prix de 40 euros (frais de port et d'envoi compris), et en format A3 (grande taille) pour le prix de 80 euros (frais de port et d'envoi non inclus). Ils peuvent aussi être réalisés en d'autres formats, me contacter pour cela. (Prix a débattre selon la taille).

 

Réalisation de vos portraits

 

Sur demande, je peux aussi réaliser les portraits que vous désirez, comme par exemple ceux de mon grand Père, Claude Drouin, ou encore de mon père. Me contacter pour plus d'informations.

 

 

Vous désirez acquérir ou commander un dessin présent dans cette liste,

vous désireriez un autre dessin que ceux que je viens de vous présenter (saints patrons, icônes, portaits, etc...)

 

Vous pouvez me contacter

 

Soit par le biais de la Page facebook d'Icônes et Dessins,

 soit en me laissant un message dans l'espace "contactez l'auteur" situé en haut de la colonne de gauche

soit par mail à franck.monvoisin.33@gmail.com.

 

Dernière mise à jour de la page, le 2 mai 2019

 

Posté par fmonvoisin à 22:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


Carnet de commandes

Carnet de commandes

 

Bonjour... Voici la liste complète des dessins en cours de réalisation, comprenant les commandes ainsi que les icônes que j'ai écrit et que j'avais mis d'attente... Du travail pour un bon bout de temps donc mais leur réalisation avance tranquillement...

 

Commande de N. R.

Commande 1

 

Finalisées:

1 ND de la Salette

2 St Mutien Marie

3 St Nom de Jésus

4 Dormition Sainte Anne

5, 6, 7, 8, Les 4 évangélistes (4 icônes)

9, Dieu le St Esprit

10 portrait du Bx Edouard Poppe

11 Vierge du Pays de Retz

12- Croix de la Salette

13- Le Divin Coeur de Dieu le Père "englobant tous les coeurs"

14- Sainte Rita de Cascia

15-16 Les Colonnes de l'Eglise

17- L'Eucharistie (Christ prêtre)

18- St Joseph, gardien des cœurs de Jésus et de marie

19- Bienheureux Franz Jägestatter

20- Saint Raphaël Archange

21- La miséricorde Divine (Précieux Sang)

22- Saint François d'Aquitaine

23 Le Trône de la Justice

24- Sainte Quitterie d'Aire

25- Le Dépouillement de Saint François

26- Saint Didier

27- Bienheureux Isidore de Loor

28- Notre Dame de la Trinité

29- L'Ange au Sourire

30- Krist Roue ar Hollved (Le Christ Roi de l'Univers)

31- Apparition de la Salette

32- Icône des Saints Pauvres

33Marie Rose Mystique

34- Saint Joachim et Anne

35- Bienheureuse Isabelle de France

36- Notre Dame d'Aquitaine

37- Saint François et le Sultan (Version 2)

38- Saint Jean Paul II

39- Notre Dame qui ôte les épines.

 

En cours de réalisation

 

40- Saint Charbel MISE EN COULEURS EN COURS

41- Chemin de Croix MISE EN COULEURS EN COURS

42- Sainte Emeline MISE EN COULEURS EN COURS

 

Commande 2

 

Finalisées

1- Icône de Dieu le Père (D'après Mère Eugenia Ravasio)

2- Icône du Jubilé Franciscain

3- Notre Dame de Schönstatt

4- Notre Dame de la Divine Miséricorde

5 - Miséricorde Divine (Précieux Sang)

6- Le Christ Libérateur

7- La Sainte Trinité (Hildegarde de Bingen)

8- Bienheureux Pacifique

9- Notre Dame d'Aquitaine

10- Saint Maximilien Kolbe

11- Les 7 archanges

12- Sainte Jeanne d'Arc

13- Bienheureux Pacifique (Version 2)

14- Notre Dame de la Pentecôte

15- Saint François Chantre de la Création

16- Les Saints Evêques de Bordeaux Delphin, Seurin et Amand

17- Bienheureux Jean Duns Scot

18- L'Arbre de Vie (Christ de Jelling)

19- Apparition de Saint Michel Archange à Saint Aubert

20- Le Saint Esprit (Détail de l'icône "Recevez le Saint Esprit")

(a) - Chemin de Croix Evangélique (en format 10/15)

21- Saint Edouard le Confesseur

22- Le songe de Saint Aubert

22- Saint Michel Archange

23Sainte Jacqueline d'Assise (Transitus de Saint François)

24- Saint François et les Lépreux

25- Notre Dame du Perpétuel Secours

27- Sant Padrig

28- Saint François au désert

29- Notre Dame des Peuples (Notre Dame des Cordeliers de Bordeaux)

30- Mère Trois Fois Admirable de Schoenstatt

31- La stigmatisation de Saint François d'Assise

32- La Trinité d'Amour

33- Saint François d'Assise à Greccio

34- Saintes Brigitte et Darlughadch de Kildare

35- Marie qui défait les noeuds

36- La Madonne del Sangue

37- Les enfants Nantais

38- Saint François de Sales

39- La Théophanie de la Charité

 

Cadeau: Notre Dame de Beauraing (Grande Taille)

 

En cours de réalisation

 

40- Saint Martin de Tours MISE EN COULEURS EN COURS

 

 

Commande Mgr Raphaël Steck

 

1 La Dame de tous les Peuples (Grande taille A3) Mise en couleurs en cours

2 Jésus et Marie Madeleine (en cours d'écriture)

3 Le Saint Sacrement (Vision de Mgr Vachère)

4- Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus Sacristine (Grande taille A3 (en cours d'écriture)

 

Père Ontzlake Brown

 

St Evagre le Pontique et St Didyme l'Aveugle (En cours d'écriture)

 

Famille Franciscaine

 

La Dormition de St François (Franciscaines Missionnaires de Marie de Bordeaux).

Icône des 1ers Franciscains de France pour le Jubilé du 8e centenaire de l'arrivée des Frères en France (Organisation du Jubilé du 8e Centenaire).

Icônes pour les Fraternités Franciscaines de Tarbes, Dax, Pau, Bayonne, Orthez.

 

Saint François et le Sultan (Version 3)  Franciscaines Missionnaires de Marie de Bordeaux)

 

Icônes en écriture

 

Grandes Tailles A3

 

Les 7 allégresses de St Joseph

Vita de Saint Jean Paul II

Les Saints Patrons de l'AID

Sainte Rita de Cascia

Sainte Anne d'Auray

Les neuf Choeurs des Anges

 

Notre Dame de la Divine Providence

Notre Dame qui défait les épines

Saint Maximilien Kolbe

Vita de Saint François d'Assise

Vita de Sainte Claire d'Assise

Vita de Saint Martin

Vita de Saint Antoine de Padoue

Vita de Saint Maximilien Kolbe

Notre Dame des Cordeliers (Notre Dame del Popolo)

Les Trois Ordres Franciscains

 

Icône de Très grande Taille
(En dessus du format A3)

 

Toutes les icônes qui suivent sont déjà écrites depuis un bon moment déjà:

Dans l'ordre du niveau de réalisation

Bienheureuse Marguerite Bays (Finalisée a besoin de retouches)

Madonna dell'Arco (Finalisée, finitions)

ND de Lourdes (Retouches et finalisations)

 

Christ Roi de France

St Tarcisius

Ste Elisabeth de Hongrie

Saint Antoine de Padoue

Sainte Monique

 

Reine du Saint Rosaire de Pompéi

Notre Dame du St Secours

Les Trois Saints Coeurs Unis (Coeurs de Jésus, Marie, Joseph)

La Sainte Famille

Le Roi David dansant devant l'Arche d'Alliance

Saint Paul de la Croix

Saint Denys de Paris

Bx John Henry Newman

ND du Sacré Coeur

 

A propos des moyens de paiement

 

Pour faciliter les paiements des dessins, un système de paiement sécurisé, via Paypal, a été ouvert depuis le mois de mai 2017. Possibilité également de régler via la Western Union, par chèque et par mandat postal. Ayant eu assez régulièrement un certain nombre de mauvais payeurs, qui commandent les dessins et ne les règlent pas, les dessins devront donc dorénavant être réglés dès la commande.

 

 

Pour toutes commandes, vous pouvez me contacter soit par le biais de facebook sur la page publique d'Icônes et Dessins,

soit en me contactant par mail à franck.monvoisin.33@gmail.com

soit en me laissant un message par la section "contacter l'auteur", située tout en haut de la colonne gauche.

 

Mise à jour de la page, le 18 avril 2019

Posté par fmonvoisin à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Icônes pour la Famille Franciscaine d'Aquitaine

Icônes pour la Famille Franciscaine d'Aquitaine

En remettant l'an dernier les icônes que j'avais réalisé pour les Fraternités Franciscaines de Gironde, et voyant le plaisir que cela a fait à tous, je me suis engagé à en faire de même pour les autres Fraternités Franciscaines de la région Aquitaine, avant de conclure par une grande icône, qui sera à l'image de la région, et qui conlura ce travail. Les voici donc ci-après...

Sainte Marie des Anges

Sainte Marie des Anges

Fraternité Sainte Marie des Anges

(d'après la fresque d'Ilario de Viterbe se trouvant dans la chapelle de la Portioncule)

Réalisation avril 2016

 

Saint François le Petit Pauvre d'Assise

Saint François, le Petit Pauvre

(Fraternité du Petit Pauvre de Tarbes)

Réalisation avril 2019

 

Ste Elisabeth de Hongrie 1

Sainte Elisabeth de Hongrie et son époux

(Fraternité Sainte Elisabeth de Dax)

Réalisation mai 2016

 

Fr Franciscu

Saint François

(D'après la fresque du Sacro Speco de Subiaco)

Fraternité Saint François de Pau

Réalisation juin 2016

 

St Joseph

Saint Joseph artisan

Fraternité Saint Joseph de Bayonne

Réalisation Juin 2016

 

St Antoine de Padoue

Saint Antoine de Padoue

Fraternité des Frères Mineurs Conventuels de Tarbes

Réalisation juillet 2016

 

 

St François Nérac

 Saint François et Sainte Claire

Fraternité Saint François de Nérac

Réalisation août 2016

 

ND de Condat

Notre Dame de Condat

Fraternité du Libournais

Réalisation septembre 2016

 

Notre Dame de Betharram

Fraternité de l'Autre Rive de Pau

 

 

 

Toutes ces icônes peuvent être réalisées sur demande

 

Page créée le 8 août 2016 et mise à jour le 28 avril 2019

La Séraphique Mère Sainte Claire d'Assise

Séraphique Mère Sainte Claire d'Assise1

La Séraphique Mère Sainte Claire d'Assise

Réalisation avril 2019

Icône disponible sur demande

Sainte Claire d’Assise

Fondatrice des Clarisses

1193-1253

Fête le 11 août

 

Claire, naît en 1193 en Assise (Italie), dans la noble famille de Favarone di Offreduccio, de Bernardino et de Ortolana. Dès son enfance, on put admirer en elle un vif attrait pour la retraite, l'oraison, le mépris du monde, l'amour des pauvres et de la souffrance ; sous ses habits précieux, elle portait un cilice.

À l'âge de seize ans, fortement émue de la vie si sainte de François d'Assise, elle va lui confier son désir de se donner toute à Dieu.
Le Saint la pénètre des flammes du Divin Amour, accepte de diriger sa vie, mais il exige des actes : Claire devra, revêtue d'un sac, parcourir la ville en mendiant son pain de porte en porte. Elle accomplit de grand cœur cet acte humiliant, et, peu de jours après, quitte les livrées du siècle, reçoit de François une rude tunique avec une corde pour lui ceindre les reins, et un voile grossier sur sa tête dépouillée de ses beaux cheveux.

Elle triomphe de la résistance de sa famille. Quelques jours après, sa sœur Agnès la supplie de l'agréer en sa compagnie, ce que Claire accepte avec joie, en rendant grâce au Ciel. « Morte ou vive, qu'on me ramène Agnès ! » s'écria le père, furieux à cette nouvelle ; mais Dieu fut le plus fort, et Agnès meurtrie, épuisée, put demeurer avec sa sœur. Leur mère, après la mort de son mari, et une de leurs sœurs, vint les rejoindre.

La Communauté fut bientôt nombreuse et florissante ; on y vit pratiquer, sous la direction de Claire, devenue, quoique jeune, une parfaite maîtresse de vie spirituelle, une pauvreté admirable, un détachement absolu, une obéissance sublime : l'Amour de Dieu était l'âme de toutes ses vertus.

Claire dépassait toutes ses Sœurs par sa mortification ; sa tunique était la plus rude, son cilice le plus terrible à la chair; des herbes sèches assaisonnées de cendre formaient sa nourriture ; pendant le Carême, elle ne prenait que du pain et de l'eau, trois fois la semaine seulement.

Longtemps elle coucha sur la terre nue, ayant un morceau de bois pour oreiller.

Claire, supérieure, se regardait comme la dernière du Couvent, éveillait ses Sœurs, sonnait Matines, allumait les lampes, balayait le Monastère.

Elle voulait qu'on vécût dans le couvent au jour le jour, sans fonds de terre, sans pensions et dans une clôture perpétuelle.

Elle est célèbre par l'expulsion des Sarrasins, qui, après avoir pillé la ville, voulaient piller le couvent.

Elle pria Dieu, et une voix du Ciel cria : « Je vous ai gardées et je vous garderai toujours. » ; malade, se fit transporter à la porte du Monastère, et, le Ciboire en main, mit en fuite les ennemis.

Claire, le 11 Août 1253, quitte sa demeure terrestre pour la rencontre avec Dieu.

 

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

 

Notre Dame qui ôte les épines

Marie qui défait les épines

Notre Dame qui défait les épines

Réalisation avril 2019

Icône disponible sur demande

 

Notre Dame qui ôte les épines

 

Pour résumer brièvement ce vocable, nous avons tous dans notre coeur, des épines qui empêchent de nous convertir et d'avancer vers Dieu (épines d'orgueil, de haine, d'incrédulité, de désespoir, etc...) C'est sûrement qu'en priant Marie, et en le lui demandant, nous pouvons, grâce à sa médiation maternelle, transformer ces blessures sombres et ténébreuses en blessures de lumières et d'amour.

Il est rare que les quatre évangiles relatent le même épisode de la même façon. Ce qu'on peut lire concernant la descente de Croix du corps martyrisé de Jésus par Joseph d'Arimathie (Matthieu 27, 59 ; Marc 15, 46 ; Luc 23, 53 ; Jean 19, 38). Dans la mesure où les femmes présentes au Goglotha, dont Marie, la Mère de Jésus, suivirent les principales étapes de son ensevelissement (Luc 23, 49 ; Matthieu 27, 61), une antique tradition fait état d'une possible remise du corps de Jésus à sa Mère. Celle-ci aurait été la première personne à lui rendre un aspect quelque peu humain. Certains peintres, comme Théodore Chaussériau (1819-1856), n'ont pas hésité à la représenter en train d'ôter la couronne d'épines et essuyant les plaies multiples de la flagellation. Si historiquement, c'est bien Joseph d'Arimathie qui ôta les clous qui retenaient le Saint Corps en Croix (Jean 19, 38), on peut aisément comprendre qu'il fut en cette circonstance le serviteur zélé d'une mère éplorée qui ne pouvait pas matériellement assumer une si lourde tâche.

Un fait mystique relativement récent semble rejoindre cette approche biblique. Effectivement, le samedi 19 septembre 1848, deux jeunes bergers du village de La Salette virent leur apparaître la Mère de Jésus debout, enveloppée de lumière et portant sur la poitrine une croix où les enfants purent voir un Christ cloué. À l'extrémité de chaque bras de la croix, ils virent d'un côté une paire de tenailles et de l'autre un marteau, c'est-à-dire les outils qui conviennent pour ôter clous et épines de ce même Crucifié. La Vierge de La Salette déclara presque aussitôt aux deux enfants, Mélanie (15 ans) et Maximin (12 ans) : « Je suis chargée de prier Mon Fils sans cesse. Vous aurez beau faire, jamais vous ne pourrez me récompenser de la peine que J'ai prise pour vous autres ! ».

L'idée qui préside à ce nouveau vocable est que Marie, Mère de l’Église et donc de nous-mêmes, a non seulement ôté les épines de la tête de Son Fils, mais qu'elle prête également à nous enlever les nôtres : non seulement nos épines physiques, mais aussi celles plus intérieures et spirituelles. Avec nos péchés récurrents, ce sont ces aiguillons douloureux qui nous empêchent de rejoindre la liberté des enfants de Dieu. La Vierge Compatissante ne nous libérera pas de ce qui nous agresse et nous blesse le plus sans notre courageuse coopération personnelle. Il serait vain, par exemple, de lui demander d'être débarrassé de l'épine de l'alcoolisme tout en conservant à portée de main la moindre goutte de ce qui, tout au moins pour un malade alcoolique est un poison. C'est le moment de nous rappeler la sagesse populaire qui énonce : « Aide-toi et le Ciel t'aidera ! ».

 

17990687_1875796679338166_7633946686839871123_n

 

D'après un texte extrait de l'excellent livret "Notre Dame qui ôte les épines" Neuvaine pour être libéré de ce qui blesse et mortifie, du Frère Bernard-Marie O.F.S., édité chez Mame.

 


Sainte Geneviève de Nanterre

Sainte Geneviève

Sainte Geneviève de Nanterre

Réalisation avril 2019

Icône disponible sur demande

 

Sainte Geneviève de Nanterre

Sainte patronne de Paris et des Gendarmes

(422-512)

Fête le 3 janvier

 

Sainte Geneviève, patronne de Paris, naquit au village de Nanterre, vers l'an 422. C'est bien dans une vie comme la sienne que l'on reconnaît la vérité et que l'on trouve la réalisation de cette parole de saint Paul: "Dieu choisit dans ce monde les instruments les plus faibles pour confondre l'orgueil et les prétentions des hommes."

Elle était âgée de sept ans quand saint Germain, évêque d'Auxerre, traversa le village de Nanterre, où elle habitait. Éclairé par une lumière divine, le Saint discerna cette modeste enfant parmi la foule accourue sur ses pas: "Béni soit, dit-il à ses parents, le jour où cette enfant vous fut donnée: Sa naissance a été saluée par les anges, et Dieu la destine à de grandes choses." Puis, s'adressant à la jeune enfant, il la confirma dans son désir de se donner tout à Dieu: "Ayez confiance, ma fille, lui dit-il, demeurez inébranlable dans votre vocation; le Seigneur vous donnera force et courage."

Depuis ce moment, Geneviève se regarda comme consacrée à Dieu; elle s'éloigna de plus en plus des jeux et des divertissements de l'enfance et se livra à tous les exercices de la piété chrétienne avec une ardeur bien au-dessus de son âge. Rarement on vit, dans une existence si humble, de si admirables vertus. Elle n'était heureuse que dans son éloignement du monde, en la compagnie de Jésus, de Marie et de son Ange gardien.

Geneviève reçut le voile à quatorze ans, des mains de l'archevêque de Paris, et, après la mort de ses parents, elle quitta Nanterre pour se retirer à Paris même, chez sa marraine, où elle vécut plus que jamais saintement. Malgré ses austérités, ses extases, ses miracles, elle devint bientôt l'objet de la haine populaire, et le démon jaloux suscita contre elle une guerre acharnée. Il fallut un nouveau passage de saint Germain de Nanterre pour rétablir sa réputation: "Cette vierge, dit-il, sera votre salut à tous."

Bientôt, en effet, le terrible Attila, surnommé le Fléau de Dieu, envahissait la France; mais Geneviève prêcha la pénitence, et, selon sa prédiction, Paris ne fut pas même assiégé. La sainte mourut à quatre-vingt-neuf ans, le 3 janvier 512. D'innombrables miracles ont été opérés par son intercession. Son tombeau est toujours entouré de vénération dans l'église de Saint-Étienne-du-Mont, à Paris. Elle est une des grandes Patronnes de la France.

 

Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950

 

Posté par fmonvoisin à 22:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

La Théophanie de la Charité

Théophanie de la Charité

La Théophanie de la Charité

Réalisation avril 2019

Icône disponible sur demande

 

Hildegard-of-Bingen_Liber-Divinorum-Operum_III-5_Lucca_MS_1942_fol_143r

La dixième vision de Sainte Hildegarde de Bingen

 

La dixième vision est le point d’orgue du Livre des œuvres divines. La Sagesse, symbole de la Charité, anime la cité de Dieu : « Si la charité revêt différentes parures, c’est que les parures sont aussi nombreuses que les vertus qui oeuvrent dans l’homme : l’amour est la source de tout bien. Le visage a l’éclat du soleil, pour indiquer que l’homme doit diriger vers le vrai soleil toutes les bonnes actions de son coeur (…). La tablette qui étincelle comme le cristal montre que personne ne peut pleinement saisir la divinité. » Ainsi se termine le cycle des visions d’Hildegard von Bingen.

« Je vis ensuite, près de la montagne située au centre de la partie orientale, comme une roue d'une surprenante amplitude, qui ressemblait à un nuage blanc et qui était tournée vers l'orient. Cette roue était coupée en deux par une ligne transversale, qui se déployait de gauche à droite, comme la respiration d'un homme. Dans la moitié supérieure de la roue, du sommet jusqu'au milieu de ladite ligne, on voyait descendre un rayon, comme une aurore rougeoyante. La partie supérieure de la roue, du côté gauche jusqu'en son milieu, émettait une couleur verte, et, du côté droit jusqu'au milieu, une couleur rouge : les deux espaces qu'occupaient ces deux zones colorées étaient identiques. La moitié de la roue située au-dessous de la ligne transversale était d'un blanc mêlé de noir. Or voici qu'au milieu de la roue et sur la ligne dont je viens de parler apparut, trônant, une figure qui m'avait été auparavant présentée comme étant l'amour. »

Sophia, la Sagesse dans l’Ancien Testament, est présente dans le Livre des Proverbes, au chapitre 8. Elle est représentée « tout ouïe et tout oreilles », elle perçoit l’ordre de Dieu pour le transmettre ; les Tables de la Loi, la Tora, comme pour Moïse, sont encore vides. Elle porte un manteau de soie, son visage est rouge vif, symbole de l’Amour divin, comme les pierres précieuses sur sa robe (stola) aux manches très larges. C’est l’Incarnation de l’Amour divin avec les traits de la Sagesse, comparée à l’Epouse du Christ. Elle est co-créatrice, car Sophia, c’est aussi la Loi englobant les 10 commandements ; c’est l’ordre naturel de la création, le lien entre toute chose, entourée par le cercle, le Tout, Dieu.

Le demi-cercle du haut représente la Trinité : vert (Esprit-Saint), rouge (le Christ), blanc (Dieu). Le bas du cercle symbolise la Terre avec les quatre éléments : bleu (eau), ocre (terre), noir (air), rouge (feu). Sophia est le centre du cosmos, elle ne dépasse pas ce cercle, à la base de toute création. Le cercle tourne, mais en roulant, tout reste à sa place dans la boule. Ce cercle est le symbole de Dieu qui n’a ni commencement ni fin. Une ligne horizontale sépare la terre de l’Au-delà. Cette ligne noire symbolise la séparation du Temps et de l’Eternel. Cette vision dévoile ainsi la Naissance du Temps.

« Toute âme raisonnable a pour source le vrai Dieu : elle doit choisir ce qui lui convient et rejeter ce qui lui déplaît, car elle connaît (au fond d’elle-même) ce qui est bon et ce qui est mauvais. Dieu, qui est unique, a conçu dans l’énergie de son coeur une oeuvre précise et unique, et cette oeuvre, il l’a démultipliée de façon magnifique. Car Dieu est un feu vivant, un feu par lequel les âmes respirent, feu qui existe avant le commencement, qui est l’origine et le temps des temps… Avec harmonie, l’amour donne à toute chose sa juste mesure. »

Dans la vision de la Charité, le cercle vient toucher le carré grâce au rocher : le Christ, vrai Dieu et Vrai homme, est l’incarnation de la charité par son corps qui est l’Eglise.

« À la hauteur du visage, la figure tenait une tablette qui brillait comme du cristal. Cette tablette portait l'inscription suivante : "Je me manifesterai dans la beauté, tel l'argent, car la divinité, qui ignore le commencement, possède une grande clarté. Mais tout ce qui a un commencement connaît des contradictions angoissées, et ne peut saisir les secrets de Dieu en pleine connaissance." La figure contemplait la tablette. »

Toute la suite de la vision est animée d’un souffle prophétique et d’un ton apocalyptique. C’est le combat final et victorieux du Fils de Dieu contre le fils de perdition, Lucifer, accompagné de signes :

« Désormais, les douleurs et l'injustice n'abandonneront plus ces journées pleines de maux. La douleur s'ajoutera à la douleur, l'injustice à l'injustice, les homicides, les injustices qui sans cesse se succéderont ne se compteront plus, et les hommes seront en ces jours tués par la fureur de leurs proches comme des animaux que l'on abat pour manger... Heureusement l'Église, épouse de Christ, prie, le Fils demande au Père de se souvenir de la pérennité de la plénitude originelle des générations humaines. Mais la sainte divinité enverra des signes, des miracles au peuple chrétien.

Les hommes de ce temps fuiront la stabilité et la sincérité la véritable foi, abandonnant Dieu, ils se tourneront vers le fils de perdition. Celui-ci, apportant le trouble dans toutes les institutions ecclésiastiques, infligera aux croyants qui lui résisteront toutes les bourrasques de l'adversité. Et quand les hommes, après avoir enduré bien des tribulations dues aux invasions des peuples étrangers, aux divisions internes et à celles de l'empire, se reposeront, ce seront tout d'un coup un bouillonnement d'hérésies et des troubles nombreux qui frapperont la dignité de l'Église.

L’homme de la perdition portera le nom d'homme du péché parce qu'il accomplira tous les maux et parce que tous les maux s'abattront sur lui. Il portera le nom de fils de la perdition, parce qu'il est sous le règne de la mort et de la perdition, parce qu'il s'attire, après l'avoir séduite, une multitude de nations par des voies perverses et infâmes, parce qu'il se fait adorer tel un Dieu, ainsi que Jean l'a dit, le témoin de la vérité, dans sa description de la figure bestiale et féroce : "Et tous l'adoreront, tous les habitants de la terre dont le nom ne se trouve pas écrit dans le livre de vie de l'Agneau".

Voilà comment s'achève la guerre du fils de la perdition, et jamais plus il n'apparaîtra dans aucune civilisation. Réjouissez-vous donc, vous dont la demeure est dans les cieux comme sur terre ! Après la chute de l'Antichrist, elle sera encore amplifiée, la gloire de Dieu. »

Hidegard termine le Livre des œuvres divines par un autoportrait touchant, où elle se décrit à la troisième personne :

« De nouveau, j'entendis une voix du ciel qui me donnait l'instruction que voici : « Que Dieu soit loué en son oeuvre, en l'homme. Il a mené sur terre les plus grands combats, pour sa rédemption. Il a daigné élever l'homme au-dessus des cieux. À l'homme donc de célébrer en compagnie des anges la face de Dieu, en cette unité qui fait de lui un Dieu et un homme véritables ! Que le Dieu tout-puissant daigne aussi oindre de l'huile de sa miséricorde cette pauvre figure féminine qui a été l'intermédiaire de cet écrit ! Elle vit en effet dans la plus complète insécurité, elle ne possède pas même cette science que l'on élabore dans les Écritures. L'Esprit saint les a offertes pour l'instruction de l'Église, et elles sont comme la muraille d'une grande cité.

Depuis sa naissance, elle est comme prise au filet de douloureuses maladies, elle ne cesse de souffrir, dans toutes ses veines, dans la moelle de ses os et dans sa chair. Dieu cependant n'a pas encore permis sa ruine, car elle voit en esprit, par la caverne de sa raison, certains mystères de Dieu. Or, cette vision a pénétré à ce point les veines de cette créature qu'elle provoque souvent chez elle une grande fatigue, qui rend tantôt plus léger tantôt plus pénible l'épuisement dû à sa maladie.

Elle vit donc d'une façon différente des autres hommes, comme une enfant dont les veines ne sont pas encore assez pleines pour pouvoir comprendre la conduite de l'homme. Elle mène une existence de servante, sous l'inspiration de l'Esprit saint. Sa complexion est aérienne, aussi l'air, la pluie, le vent, toutes les tempêtes suscitent-ils en elle une infirmité qui la prive de toute assurance corporelle. Autrement, l'inspiration de l'Esprit saint ne pourrait la prendre pour demeure. Mais parfois, dans sa grande énergie de bonté, l'Esprit de Dieu lui apporte comme la rosée, un rafraîchissement qui l'arrache à la maladie et à la mort, afin qu'elle puisse continuer à vivre dans le siècle, servante inspirée de l'Esprit saint.

Or, que le Dieu tout-puissant, qui sait vraiment combien la fatigue épuise cette créature, daigne achever en elle sa grâce, afin que sa piété soit en elle glorifiée, afin que son âme pérégrine loin de ce siècle vers la gloire éternelle, afin qu'elle se réjouisse d'être accueillie et couronnée par lui ! C'est que le livre de la vie, écriture du Verbe de Dieu, par qui est apparue toute la création, qui a prédit en lui pour ainsi dire et selon la volonté du Père éternel la vie de tous, n'est pas le fruit de la doctrine quelconque d'une science humaine, mais, selon son désir et de miraculeuse manière, le fruit de cette figure de femme, naïve et sans instruction.

Qu'aucun homme ne soit donc assez téméraire pour faire quelque ajout aux termes de cet écrit, ou pour en supprimer quelque passage, s'il ne veut pas être éliminé du livre de vie et de toute la béatitude terrestre ! À une seule exception près : quand il s'agira de corriger des lettres ou des phrases proférées avec trop de naïveté sous l'inspiration de l'Esprit saint. Quiconque interviendrait différemment pécherait contre l'Esprit saint ! Il ne lui serait pardonné ni ici-bas ni dans le siècle à venir. Célébrons une dernière fois le Dieu tout-puissant, dans toutes ses oeuvres, avant le temps et dans le temps : il est le premier et le dernier.

Que les croyants écoutent d'un coeur aimant ces paroles que profère pour le plus grand profit des croyants celui qui est le premier et le dernier ! »

 

Texte extrait du site www.narthex.fr

 

Sant Salaün ar Folgoat

Sant Salaün ar Folgoat

Sant Salaün ar Folgoat

(Réalisée à partir d'une icône réalisée par l'Atelier Saint André)

Réalisation avril 2019

Icône disponible sur demande

 

 

ob_299315_l1360985cc

Sant Salaün ar Foll

1310-1358

 

Salaün ar Foll est considéré comme simple d'esprit par ses contemporains, mendiant son pain de ferme en ferme en répétant inlassablement « Ave Maria, itroun guerhès Maria (Oh! madame Vierge Marie!) ». Il vit dans une clairière de la forêt près de Lesneven. Il est appelé « Le fou du bois » (Fol ar c'hoad), car selon la légende, il habite dans le creux d’un arbre, dans la forêt. Il passe toutes ses journées à mendier, après avoir assisté à la messe du matin. Salaün ar Fol meurt dans l'indifférence en 1358. Peu après, on découvre sur sa tombe un lys sur lequel est écrit en lettres d'or : « Ave Maria ». En ouvrant sa tombe, on constate que le lys prend racine dans sa bouche. Le « miracle » attire rapidement les foules. On bâtit une chapelle basilique Notre-Dame du Folgoët au lieu désormais appelé Le Folgoët, qui sera érigée en collégiale par le duc Jean V en 1423.

 

Le cantique Patronez Dous ar Folgoat

(Extraits)

 

Gwechall er vro man 'veve Eur paour berr a spered Salaun ar Foll ne ouie Netra Koule lavared Daou her "Ave Maria" Setu e oll bedenn N'ehane ket d'o hana Diwar skourr e wezenn''

Jadis, vivait en ce pays Un pauvre, simple d'esprit, Salomon Le Fou ne savait Pour ainsi dire rien, sinon Deux mots "Ave Maria" Voilà toute sa prière Qu'il ne cessait de chanter Perché sur la branche d'un arbre.

ob_8fc8fd_l1360926cc

 

 

Pell amzer, kan a zavas A-us d'ar wezenn deo. Eun deiz ar vouez a davas, Salaün ne oa mui beo. E ene gant an Elez Oa aet d'ho lez, Itron,Da gana ho madelez Bepred e-tal ho tron.''

Longtemps, le chant s'éleva Au-dessus du gros arbre Un jour, la voix se tut, Salaün n'était plus en vie. Avec les anges, son âme Vous a rejoint, Notre-Dame, en votre cour, Pour chanter votre bonté Chaque jour devant votre trône.

 

Ha lili 'oa diwanet Ez-trumm war bez ar paour, Hoc'h hano-c'houi garanet, En deliou gwenn, en aour. Al lili a ziwane Er genou yen ha mut : Ho floc'hig c'hoaz a gane Hoc'h hano glan d'an dud.

Et un lys a poussé Soudain sur la tombe du pauvre, Avec votre nom marqué, En lettres d'or, sur les pétales blancs. Le lys prenait racine Dans la bouche froide et muette : Votre petit écuyer chantait encore Aux hommes votre Saint Nom.

 

Vel eur mor en em ledas Ar brud dre Vreiz a-bez, Ha Breiziz a ziredas Da bedi war ar bez Hag e-lec'h ar bod lili, Evit ar grasou bet O deus savet da Vari Eun iliz kaer meurbed.

Comme le flux de la mer, se répandit Dans toute la région la rumeur de ce prodige, Et les habitants accoururent Prier sur la tombe. Et à la place du bouquet de lys, En remerciement des grâces reçues, Ils ont construit pour Marie Une magnifique église.

 

Sources texte: wikipedia; Photos: http://www.lavieb-aile.com

16 février 2019

Reproduction des icônes

Reproduction des icônes

 

Très chers amis et visiteurs,

 

Voici plusieurs fois que l'on me demande de reproduire les icônes soit pour des sites internet, soit pour des livres ou des revues. Ces icônes sont le fruit de mon travail et il est donc important de m'en demander l'autorisation avant de les publier ou que ce soit et de quelque manière que ce soit.

J'autorise toute reproduction des icônes se trouvant sur le site, gratuitement, et ce, uniquement pour un usage non commercial. Merci juste d'indiquer la provenance de la photo, avec la mention, "Icône réalisée par F. Monvoisin", et si possible, avec, l'adresse ou le nom du site "Icônes et Dessins".

Pour tout usage commercial, presse, édition ou autres, une autorisation est a me demander et cela ne se fait pas gratuitement non plus... Pour éviter certaines mauvaises suprises que j'ai pu avoir depuis plusieurs mois, un logo figurera dorénavant sur les photographies, afin d'en protéger les droits.

Toutes les images seront toujours disponibles sur demande en contactant soit par le biais de la page Facebook d'Icônes et Dessins, soit par le biais de la section "Contactez l'auteur", se trouvant en haut de la colonne gauche, sous la photo de Saint François d'Assise, soit par le biais de mon adresse mail: franck.monvoisin.33@gmail.com.

 

F.Monvoisin.

Posté par fmonvoisin à 19:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Saint François de Sales

Saint François de Sales

Saint François de Sales

Réalisation février 2019

Icône disponible sur demande

 

Saint François de Sales

Docteur de l’Église

1567-1622

Fête le 24 janvier

 

François de Sales, c’est avant tout une vie dédiée à l’apostolat. Homme de coeur, il fait preuve d’un puissant charisme de directeur spirituel. Proclamé Docteur de l’Église par Pie IX, saint Fançois de Sales développe une spiritualité évangélique à la portée de tous, qui fait de lui un véritable Prophète de l’Amour.

 

Une vie dédiée à l’apostolat

 

François est né le 21 août 1567 au château de Sales, sur la commune actuelle de Thorens, à une vingtaine de kilomètres d’Annecy en Haute-Savoie. Il est baptisé le 28 août en l’église paroissiale de Thorens, où il sera sacré évêque le 14 décembre 1602.

Originaire de la petite noblesse campagnarde de Savoie, terre alors indépendante, François de Sales a rapidement développé des qualités humaines indéniables lors de ses études d’humanités et de droit à Paris, puis à Padoue.

Devenu prêtre malgré les réticences de son père, il s’illustra courageusement dans une mission de quatre ans (1594 – 1598) en terre chablaisienne (région du nord de la Savoie et du sud du lac Léman) envahie par les Bernois calvinistes, avant de devenir évêque du diocèse de Genève en résidence à Annecy de 1602 à 1622. Il mourut à Lyon, épuisé par la tâche apostolique.

 

Un charisme de directeur spirituel

 

Homme de relations, prédicateur apprécié dans son diocèse et au-delà, médiateur entre les princes du monde, conseiller dans les discussions théologiques (surtout entre jésuites et dominicains) au sujet de la liberté humaine et de la providence divine, François est connu comme fondateur, avec Jeanne de Chantal, de la Visitation Sainte-Marie (en 1610), foyer d’oraison qui connaîtra une rapide expansion au XVIIe siècle en France puis à travers le monde (en particulier en Amérique latine).

Prêchant, catéchisant, il a pris soin de visiter toutes les paroisses de son diocèse, ce qui nous paraît aujourd’hui normal ; ce l’était moins au sortir d’une époque où les évêques étaient plus princes que pasteurs et où les communications dans une région montagneuse et menacée étaient souvent périlleuses. Monseigneur de Genève, puisque tel était son titre, ne put jamais célébrer dans sa cathédrale Saint-Pierre devenue réformée en 1536, mais il rayonna depuis sa terre d’exil, Annecy, où de nombreuses congrégations religieuses avaient trouvé refuge. À l’image de son modèle, saint Charles Borromée, François de Sales fut un bel exemple de pasteur selon le cœur de Dieu et dans l’esprit du concile de Trente. Au milieu des transformations culturelles de la Renaissance et des réformes religieuses (protestante puis catholique), il a promu une voie spirituelle ouverte à tous.

Il nous a laissé de nombreux sermons et entretiens ainsi qu’une intéressante correspondance (plus de 2000 lettres), témoin de son charisme de directeur spirituel et de son inlassable activité apostolique. L’Introduction à la vie dévote (1608), rassemblant des lettres adressées à une Philothée (amie de Dieu), connut plusieurs éditions de son vivant et fut un best-seller du XVIIe.

 

Son rayonnement spirituel

 

François fréquenta à Paris le cercle Acarie, qui rassembla de hautes figures spirituelles comme Bérulle et Vincent de Paul, qui devint son ami et nous livra cette confidence : "J’étais porté à voir en lui l’homme qui a le mieux reproduit le Fils de Dieu sur terre". François confia à Vincent la direction spirituelle de la Visitation qu’il venait de fonder à Paris tandis que, de leur côté, les "Filles de la Charité" de saint Vincent de Paul et de Louise de Marillac devaient étudier l’Introduction à la vie dévote.

La postérité spirituelle de François fut grande, en particulier à travers l’École Française et, au XIXe, par les congrégations et sociétés spirituelles qui se sont inspirées de son œuvre (Missionnaires et oblats, oblates de saint François de Sales, salésiens et salésiennes de Don Bosco, sociétés saint François de Sales) à l’heure où Pie IX le proclama "Docteur de l’Église" (1877). Patron des écrivains et journalistes catholiques, François est d’abord un communicateur et un maître spirituel que découvrent de plus en plus de laïcs qui participent à des retraites salésiennes ou des groupes de lecture de ses œuvres.

 

Un homme de coeur

 

En lui, tout est harmonieux ; c’est un humaniste à la riche personnalité et au grand équilibre. François est un affectif, mais jamais victime de sensiblerie : c’est un homme de cœur.

Il paraît fragile et vulnérable, mais sait être souvent ferme et courageux. Il aime la sérénité, mais sent parfois monter en lui une violence qu’il apprend à maîtriser. Sa douceur est acquise à force de patience et de remise de soi dans les mains de Dieu. Il est homme de justice tout en sachant être indulgent, conciliateur mais pas naïf. Il affectionne la multiplicité qu’il gère avec humour et il a l’art de simplifier ce qui est compliqué. On fera souvent appel à ses talents de médiation.

Il se méfie de l’affectation et des apparences et valorise la motivation et la qualité du cœur, comme l’illustre cette remarque concernant la prédication : "Il faut que vos paroles soient enflammées, non par des cris et des actions démesurées, mais par l’affection intérieure. Il faut qu’elles sortent du cœur plus que de la bouche. On a beau dire mais le cœur parle au cœur, la bouche ne parle qu’aux oreilles" (lettre à Mgr Frémyot, 1604). C’est un réaliste qui privilégie la voie de la simplicité et de l’humilité : "Ce n’est pas par la grandeur de nos actions que nous plaisons à Dieu, mais par l’amour avec lequel nous les faisons".

 

Une spiritualité évangélique à la portée de tous

 

Sa spiritualité est profondément évangélique et accessible : parlant la langue du peuple, utilisant de nombreuses images tirées de la nature ou de l’expérience humaine, en particulier conjugale et familiale, il sait nous révéler un Dieu cordial, amoureux de notre humanité. Familier du Cantique des cantiques dont un commentaire l’a enflammé lors de ses études parisiennes, il insiste sur la convenance qui existe entre Dieu et le cœur de l’homme, convenance qui trouve son origine dans la ressemblance que Dieu y a inscrite en le créant. Sa vision de Dieu est celle de l’Écriture, en particulier des prophètes de l’alliance : un Dieu "jalousement" amoureux de l’homme, un Dieu "maternellement paternel" qui est communion d’amour.

Dieu n’a qu’un désir : communiquer son amour et solliciter une réponse dans la liberté qu’il accompagne de sa grâce ; François utilise volontiers des images maternelles pour dire cette sollicitude : "Les enfants, à force d’ouïr leurs mères et de bégayer avec elles, apprennent à parler leur langage ; et nous, demeurant près du Sauveur par la méditation et observant ses paroles, ses actions et ses affections, nous apprendrons, moyennant sa grâce, à parler, faire et vouloir comme lui".

L’homme, travaillé par l’Esprit Saint, est sans cesse ramené à son cœur pour y consentir au Dieu vivant et y vivre le "trépas". François entend par là la nécessité de consentir à la dimension pascale de l’existence chrétienne. Dans le Traité de l’Amour de Dieu (1616), ouvrage "pour les âmes avancées en dévotion", il exprime sa vision de l’amour de Dieu et montre que "trépasser en la volonté de Dieu" est le sommet de l’adhésion au Christ.

Loin d’appuyer comme d’autres spiritualités sur le caractère mortifiant du sacrifice du Christ, il en retient surtout la logique d’amour. François se méfiera toujours des manifestations mystiques exceptionnelles : "Elles ne sont nullement nécessaires pour bien servir et aimer Dieu, ce qui doit être notre unique prétention".

Faisant écho au double commandement évangélique, François dira que l’amour de Dieu et l’amour des frères sont "sortis comme jumeaux des entrailles de la miséricorde de Dieu". L’amour fraternel est le lieu le plus familier des petits "trépas" que Dieu nous propose chaque jour pour rencontrer l’autre en mourant à nous-même.

 

Prophète de l’Amour

 

Telle est la sainteté à laquelle tout homme est appelé, une sainteté pour tous, adaptée à la profession, l’histoire et la vocation de chacun : "C’est une erreur, une hérésie, de vouloir bannir la vie dévote de la compagnie des soldats, de la boutique des artisans, de la cour des princes, du ménage des gens mariés…. Où que nous soyons, nous pouvons et devons aspirer à la vie parfaite" ; toute son œuvre comme pasteur et guide spirituel est une éducation à la sainteté, une sainteté qu’on pourrait qualifier de cordiale et ordinaire. Comme les fleurs qui, par la diversité de leurs formes, couleurs et parfums, font l’harmonie d’un bouquet, ainsi "les plantes vivantes de son Église" sont appelées à produire des fruits de dévotion, "un chacun selon sa qualité et vocation".

À l’heure actuelle où, pour beaucoup, Dieu semble étrangement silencieux, ce prophète de l’Amour qu’est François de Sales nous propose un chemin divin à hauteur d’homme : "Tout faire par amour et rien par force" (lettre à Jeanne de Chantal du 14 octobre 1604). Au milieu des difficultés et des doutes, il nous prend doucement par la main pour nous accompagner dans cette disponibilité à la grâce de Dieu qui "est si gracieuse et saisit si gracieusement nos cœurs pour les attirer, qu’elle ne gâte rien en la liberté de notre volonté".

 

Extrait de l’article : "Saint François de Sales, Maître spirituel" par le Père Alain VIRET, publié dans la revue "FRANCE CATHOLIQUE", N°2859 - 6 décembre 2002.

 

Texte extrait du site www.francoisdesales.com