Les Premiers Franciscains de France

Bienheureux Pacifique et ses Frères

 

Le Bienheureux Pacifique

Compagnon de Saint François

+ en 1245

Fête le 10 juillet

 

Nous ne connaissons ni son nom civil, ni sa date de naissance. Nous savons seulement qu’il est originaire des Marches d’Ancône. C’est au couvent des bénédictines de San Severino qu’il rencontre pour la première fois, tandis qu’il y visitait une parente, fr. François d’Assise. Il est encore tout auréolé de son titre de « rex versuum » donné par le roi de Sicile. Celui-ci deviendra en 1216 l’empereur Frédéric II. Poète, il voit François traversé par deux épées qui se croisent en son corps tandis qu’il prêche aux sœurs son amour pour le Crucifié après l’échec de sa tentative de départ depuis Ancône vers la Syrie, terre d’Islam, pour y mourir martyr (1 Cel.55 et 2 Cel.106). Nous sommes à l’automne 1212. Celui qui a été remis en paix, reçoit du Poverello le nom de Pacifique en se joignant à ses frères. En 1214, peu après la destruction du castrum de Trevi, il est témoin en l’église St Pierre de Bovara de la fameuse vision des trônes où l’humilité de François, abîmé en contemplation dans le chœur de l’église, est exaltée par Dieu lui-même : le trône de Lucifer déchu lui sera attribué (2 Cel 122-123).

Tandis que François est parti avec fr. Bernard et d’autres frères en pèlerinage à St Jacques de Compostelle, nous ne savons pas si fr. Pacifique les accompagna ou non. Après une nouvelle tentative de départ en terre d’Islam vers le Maroc depuis le Portugal, avortée pour cause de maladie, François rentra pour assister au IVe concile de Latran en 1215. Sans doute peu après, à la faveur de l’insistance mise par Innocent III pour se croiser du Tau, Pacifique eut une nouvelle vision : sur le front de François, un Tau multicolore, disant bien son amour du Crucifié pour lequel il voulait mourir. Au chapitre de 1217, les 5000 frères réunis sont tous animés d’un ardent désir missionnaire et François veut partir pour la France. Arrêté par le légat pontifical Ugolin de Segni, à Florence, François mandate fr. Pacifique pour cette mission.

Accompagné de quelques frères, il fit halte à Vézelay où l’on vénère les reliques de sainte Marie Madeleine, patronne des pénitents et figure de l’Eglise, contemplative et témoin de la résurrection. Il obtint des bénédictins la chapelle mémorial de la prédication de la seconde croisade par saint Bernard et l’ermitage qui y est attenant. Laissant là des compagnons, il part en direction de Paris où il installe des frères dans les faubourgs populeux de Saint-Denis à l’ombre de la grande abbatiale bénédictine. Puis, il remonte jusqu’à Lens et fonda diverses maisons sur lesquelles nous n’avons pas d’informations précises. Ainsi devint-il le premier Provincial de France.

En 1223, fr. Grégoire de Naples est nommé dans cette charge pour lui succéder. Fr Pacifique est de retour en Italie. Dès lors, nous le voyons très proche de François durant ses dernières années. Après avoir composé les premières strophes de son Cantique des Créatures, il fit venir fr. Pacifique et l’envoya avec quelques frères le chanter « comme de vrais jongleurs de Dieu » à Assise devant l’évêque et  le podestat excommunié pour les réconcilier (L.P. 43-44). Il est toutefois fort probable que ce n’est pas lui, mais Ange Tancrède, originaire de Rieti, qui se récusa lorsque se trouvant à Rieti pour consultation chez l’ophtalmologiste, François demanda qu’on lui joua de la musique pour sa consolation. Pacifique fut tellement proche de François au cours de ses dernières années qu’un frère alla le trouver pour avoir la possibilité de voir les stigmates que le saint s’efforçait de cacher. Usant d’un pieux stratagème, Pacifique réussit à satisfaire la curiosité de son frère, mais il s’attira aussitôt de douces remontrances de la part de François (2 Cel 137).

De ce qui suivit cet épisode dans la vie de fr. Pacifique, nous ne savons que peu de choses. En 1226, il devint visiteur général des clarisses jusqu’en 1228, cédant la charge à fr. Philippe le long. La date et le lieu de sa mort sont incertains. Une épitaphe sans date mais circonstanciée (« Sub hoc lapide recondita servantur ossa sacra B. Pacifici ordinis minorum, qui ipse primus fuit provinciae franciae minister ») a été trouvée au couvent de Lens et est attestée par Gonzaga sur la foi de deux témoins. Elle rend probable ce lieu comme étant celui de la sépulture de notre Bx Fr. Pacifique qui continue d’ailleurs à y être aujourd’hui l’objet d’un culte dans ce diocèse. (Fr. Jean-Baptiste Auberger).

 

1217-2017: Jubilé de l'arrivée des Premiers Frères Franciscains en France

 

1217, du vivant de saint François, l’Ordre Franciscain tout juste créé se structurait devant l’afflux de nombreux frères. Les frères rassemblés en chapitre à la Pentecôte décidèrent d’aller porter l’Evangile au-delà de l’Italie. Frère Pacifique, poète et l’un de plus chers compagnons de François, fonda la première implantation franciscaine en France, à Vézelay, avant de poursuivre sa route jusqu'à Saint Denis.

 

La Cordelle, première fondation Franciscaine de France

 

« C’est avec l’approbation orale de la règle par le pape Innocent III en 1209 que la Fraternité des Mineurs, au nombre de 12 Pénitents venus d’Assise, est reconnue officiellement. Elle ne cessa dès lors de s’accroître en nombre jusqu’à devenir un Ordre important. Au chapitre de la Pentecôte 1217, ils sont environ 5000 frères. On y décide alors d’envoyer des frères hors d’Italie (Espagne, Allemagne, Hongrie, Terre Sainte). François, pour donner l’exemple, projette d’aller dans le pays dont il porte le nom et admire les troubadours, usant parfois de leur langue. Il veut connaître aussi les théologiens de Paris qui parlent si bien de l’Eucharistie.

Arrêté à Florence par le Cardinal protecteur Ugolin de Segni, sur son conseil François décide de rester en Italie pour assurer la pérennité de son ordre, critiqué par certains cardinaux pour son radicalisme évangélique proche des Vaudois dissidents de l’Eglise. Il délègue alors la direction du groupe des frères au frère Pacifique, une de ses premières recrues, couronné avant sa conversion en 1212, roi des poètes par le futur empereur Frédéric II. Il connaissait probablement quelques rudiments de la langue des troubadours. Par la suite il aura des fonctions importantes dans l’Ordre comme fondateur de plusieurs couvents de frères et visiteur des clarisses. On le considère comme le premier Provincial de France.

Durant l’été 1217, le groupe remonte par la vallée du Rhône et de la Saône jusqu’à Vézelay, à la frontière du Royaume de France et du comté de Nevers, dont l’abbatiale bénédictine est réputée avoir les reliques de sainte Marie-Madeleine, patronne des pénitents. Après avoir séjourné, selon leur coutume, à la léproserie de la Maladrerie, les frères sont en quête d’un lieu stable et remarquent sur le flan nord de la colline, le long du chemin des pèlerins qui mène de l’église St Jacques d’Asquins à l’abbaye de Vézelay couronnant la colline, un petit ermitage abandonné par les moines, proche de la chapelle romane mémorial de la prédication de saint Bernard en 1146.

Ce lieu convenant à leur genre de vie, ils en obtiennent de l’abbé la cession. Quelques frères vont y rester, tandis que Pacifique part pour Paris, ou plus exactement pour Saint-Denis où l’abbé Suger avait fait construire 70 ans auparavant une magnifique abbatiale, près de laquelle se déroulaient des foires très réputées.  Aujourd’hui il y a toujours un Ermitage où sont envoyés des frères Mineurs franciscains. Ils sont trois actuellement. »

 

Le Jubilé

 

« Cette année 2017 est une année de mémoire de l’arrivée des premiers frères en France. Nous sommes appelés comme frère Pacifique à chanter le Cantique des créatures mais avec ce que nous sommes aujourd’hui. Chant paradoxal qui s’élève dans notre monde souffrant de tant de maux. Chant qui exprime le plus profond de notre existence ; cet amour indestructible révélé particulièrement dans la résurrection du Christ ». (Lettre du fr. Michel Laloux, min. provincial)

« En 1217, frère Pacifique et les premiers frères mineurs arrivaient en France. Huit cents ans plus tard, il est bon de faire mémoire du mouvement de vie initiée alors et de son déploiement au long des siècles jusqu'à nous aujourd'hui... Ce jubilé se déroulera  du 1er mars au 4 octobre 2017 ».  Lettre d’Invitation de la Famille Franciscaine

 

Du 1er mars au 4 octobre 2017, la Famille Franciscaine vous invite à venir à sa rencontre pour célébrer la Joie Franciscaine !

 

Renseignements

 http://jubile800ans.franciscains.fr

https://www.facebook.com/jubilefranciscain800ans/

 

J'ai constaté qu'il n'existait aucune représentations du Bienheureux Pacifique ainsi que des premiers Franciscains, j'ai donc pensé remédier à cela...

 

Première version

1ers Franciscains de France 1-001

Réalisation juillet 2017

 

Grande Taille

SKMBT_C28017120415240

 Réalisation décembre 2017

 

Ces icônes sont disponibles sur commande

Mise à jour de la page: le 4 décembre 2017