Apparition de Notre Dame de la Salette

Apparition de Notre Dame de la Salette

Réalisation novembre 2018

Icône disponible sur demande

 

 

L’Apparition de Notre Dame Réconciliatrice de La Salette

 

19 septembre 1846

 


Mélanie Calvat (14 ans) et Maximin Giraud (10 ans), tous deux nés à Corps et tous deux bergers dans les hauts alpages, au service de paysans, se rencontrent pour la première fois le 17 septembre 1846 en menant leur troupeau. Le lendemain, 18 septembre, ils se retrouvent de bonne heure en montent avec leur petit troupeau de trois vaches chacun.

Maximin, qui est sociable, propose : « Petite, je viens avec toi ». Mais Mélanie est méditative et contemplative, et « fait conversation avec les petites fleurs du Bon Dieu ». II insiste, car il aime parler et jouer. II finit par la rallier. Ils parlent et jouent ensemble. Mélanie indique des arbres fruitiers à son grand appétit.

 

Le lendemain 19, ils se retrouvent sur la route qui monte, au-dessus du hameau de La Salette. Ils cueillent des fleurs, bâtissent une hutte avec «un étage : le paradis» où ils mettent les fleurs. Ils déjeunent de pain et d'un morceau de tome, font la sieste puis se réveillent et ne voient plus leurs bêtes. Ils les retrouvent plus haut, puis redescendent vers leurs sacs. C'est alors, peu avant 13 heures, que Mélanie aperçoit une vive clarté. Bientôt elle fait signe à Maximin qui n'a rien vu. II vient près d'elle et voit comme elle la lumière, et dans la lumière la dame au costume insolite. Ils discernent progressivement dans la clarté éblouissante, la dame assise la tête dans les mains et qui pleure.

 

« Avancez, dit-elle, n'ayez pas peur, je suis ici pour vous annoncer une grande nouvelle »...

 

 

 

Paroles de la Vierge Marie

 


« Si mon peuple ne veut pas se soumettre, Je suis forcée de laisser aller la main de mon Fils. Elle est si lourde et si pesante, que je ne puis plus la retenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres ! Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, Je suis chargée de le prier sans cesse. Et pour vous autres, vous n'en faites pas cas… Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième, et on ne veut pas me l'accorder. Ceux qui conduisent les charrettes, ne savent pas parler sans y mettre le Nom de mon Fils au milieu. Ce sont les deux choses qui appesantissent tant le bras de mon Fils. Si la récolte se gâte, ce n'est qu'à cause de vous autres. Ah ! mes enfants, il faut bien faire votre prière soir et matin...

 

 

 

Historique

 

 

 

Le 19 Septembre 1846, Mélanie et Maximin gardent leurs brebis quand soudain : « Je vis une belle lumière plus brillante que le soleil, et à peine ai-je pu dire ces paroles : « Maximin, vois-tu là-bas ? » Ah, mon Dieu ! En même temps je laissais tomber le bâton que j'avais, en main (...) Je regardais bien fortement cette lumière qui était immobile, et comme si elle se fût ouverte, j'aperçus une autre lumière bien plus brillante et qui était en mouvement, et, dans cette lumière une très belle dame assise sur notre Paradis, ayant la tête dans les mains ».

 

La Dame invite les deux enfants à s'approcher d'elle sans peur, se lève, et leur transmet un message : « Si mon peuple ne veut pas se soumettre, je suis forcée de laisser aller la main de mon Fils. Elle est si lourde et pesante que je ne puis plus la retenir. Depuis le temps que je souffre pour vous autres !

 

Si je veux que mon Fils ne vous abandonne pas, je suis chargée de le prier sans cesse. Et, pour vous autres, vous n'en faites pas cas. Vous aurez beau prier, beau faire, jamais vous ne pourrez récompenser la peine que j'ai prise pour vous autres. Je vous ai donné six jours pour travailler, je me suis réservé le septième, et on ne veut pas me l'accorder. C'est ce qui appesantit tant le bras de mon Fils. Et ceux qui conduisent les charrettes ne savent pas parler sans y mettre le nom de mon Fils au milieu. Ce sont les deux choses qui appesantissent tant le bras de mon Fils. Si la récolte se gâte, ce n'est qu'à cause de vous autres. Je vous l'ai fait voir l'année passée par les pommes de terre, vous n'en avez pas fait cas; c'est au contraire quand vous en trouviez de gâtées que vous juriez, et vous mettiez le nom de mon Fils. Elles vont continuer à se gâter et à la Noël il n'y en aura plus.» 

A ce moment la belle Dame passa du Français au patois. Après avoir répété le passage précédent, elle continua : « Si vous avez du blé, il ne faut pas le semer. Tout ce que vous sèmerez, les bêtes le mangeront; et ce qui viendra tombera tout en poussière quand vous le battrez. Il viendra une grande famine. Avant que la famine vienne, les petits enfants au-dessous de sept ans prendront un tremblement et mourront entre les mains des personnes qui les tiendront; les autres feront pénitence par la faim. Les noix deviendront mauvaises ; les raisins pourriront ».

 

Elle exhorte alors les enfants à prier matin et soir, et poursuit : « Il ne va que quelques personnes un peu âgées à la messe, les autres travaillent tout l'été le dimanche et l’ hiver, quand ils ne savent que faire, ils ne vont à la messe que pour se moquer de la religion. Le carême, ils vont à la boucherie comme des chiens ».

 

Poursuivant, l'Apparition demande aux voyants s'ils ont déjà vu du blé gâté. A la réponse négative de Maximin elle poursuit : « Mais toi, mon enfant, tu dois bien en avoir vu une fois, vers le Coin, avec ton père. L'homme de la pièce dit à ton père : venez voir comme mon blé se gâte. Vous y êtes allés. Ton père prit deux ou trois épis dans sa main, les frotta, et ils tombèrent en poussière. Puis en vous retournant, quand vous n'étiez plus qu'à une demi-heure de Corps, ton père te donna un morceau de pain en te disant : « Tiens, mon enfant, mange cette année, car je ne sais pas qui mangera l'année prochaine si le blé se gâte comme cela ». Et Maximin se rappela cet épisode dans tous ses détails.

 

La Vierge termina avec insistance, passant du patois au français, en s’élevant : « Eh ! bien, mes enfants : vous le ferez passer à tout mon peuple.... » Elle traversa la Sézia et gravit le monticule d'où Mélanie et Maximin avaient aperçu les vaches. « Nous la suivions parce qu'elle attirait par sa splendeur, et aussi par sa grande bonté. Ses pieds effleuraient l'herbe sans la faire plier. Elle me regardait avec une grande bonté, ajoute-t-elle. J'aurais voulu me lancer dans ses bras ».

 

A partir de ce jour, la fontaine tarissante n’a plus cessé de couler, se montrant miraculeuse. Les apparitions de Marie à La Salette (III) « La Très Sainte Vierge, poursuit Mélanie, pleurait presque tout le temps qu'elle me parla. Ses larmes coulaient une à une, lentement jusqu'à ses genoux, puis, comme des étincelles de lumière, elles disparaissaient (..) J'aurais voulu la consoler et qu'elle ne pleurât plus, mais il me semblait qu'elle avait besoin de montrer ses larmes pour mieux montrer son amour oublié des hommes. J'aurais voulu me jeter dans ses bras et lui dire : « Ma bonne mère, ne pleurez pas ! Je veux vous aimer pour tous les hommes de la Terre ! »

 

Elle était toute belle, toute faite d'amour. Il semblait que la parole amour sortait de ses lèvres très pures. Son regard était doux, pénétrant. Le vêtement était d'un bleu argenté. Il n'avait rien de matériel et il était composé d'une lumière variante et scintillante. La couronne de roses qu'elle avait sur la tête est tellement lumineuse qu'il est impossible de s'en faire une idée. Il partait des roses comme des rayons d'or, qui, réunis, formaient un beau diadème plus splendide que le soleil. Elle avait un tablier jaune. Que dis-je, jaune ? Il était plus brillant que plusieurs soleils ensemble. Ce n'était pas une étoffe matérielle, mais un composé de gloire... d'une beauté qui me ravissait.

 

Au cou, elle avait deux chaînes, une plus grande et l'autre plus petite. A cette dernière était jointe une croix étincelante dont le crucifix était couleur de chair naturelle, brillant d'une grande splendeur. Il avait la tête baissée, le corps affaissé retenu seulement par des clous, comme s'il devait tomber. Mais parfois il semblait vivant, la tête droite, les yeux ouverts, et avait l'air de vouloir parler : de déclarer aux hommes qu'il est venu pour nous, pour nous attirer à Lui, à son amour infini. Oh! quelle peine d'être si pauvre dans mes expressions pour redire l'amour de notre Sauveur pour nous ! »

 

Mélanie révéla aussi un secret qui, à la demande de la Vierge Marie, ne fut publié qu'après 1858. Des phrases dont la teneur témoigne à notre époque d'une certaine réalité, alarmantes, mais aussi non dénuées d'espoir. La dernière phrase du secret, dont le contenu fit l'objet de polémique, résume un peu cela : « Alors l'eau et le feu purifieront la terre et consumeront toutes les oeuvres de l'orgueil des hommes, et tout sera renouvelé : Dieu sera servi et glorifié ». Mélanie Calvat est enterrée à Altamura, en Italie.

 

 

 

Extrait du site http://apotres.amour.free.fr

 

Pour approfondir

Site du Sanctuaire de la Salette

https://lasalette.cef.fr