Saints Evêques de Bordeaux

Les 3 Saints Evêques de Bordeaux

Réalisation janvier 2017

Icône disponible sur demande

 

Saint Delphin, Saint Amand et Saint Seurin

Les Trois Saints Evêques de Bordeaux

 

Sur cette icône, inspirée de la représentation traditionnelle des Trois Hierarques de l'Eglise Orthodoxe, se trouvent trois des quatre premiers évêques de Bordeaux. Le premier étant Orientalis, (dont nous ne savons rien). Le plus célèbre de ses trois successeurs est Severin, appelé plus communément Seurin, qui est le personnage central de l’icône. Voici la biographie de ces grandes figures de sainteté de l’Église de Bordeaux, dans l’ordre historique :

 

Saint Delphin

 

Après Orientalis (314), Delphin (380-vers 401-404) est le premier évêque de Bordeaux attesté avec certitude. Son épiscopat correspondit à une christianisation étendue du diocèse de Bordeaux et une affirmation de la doctrine catholique. II présida le concile de Bordeaux de 384, au cours duquel furent réglées des questions de théologie et de discipline. C'est lui qui baptisa Paulin de Bordeaux, devenu par la suite évêque de Nole. Sa réputation dépassa largement les limites de son diocèse. II fut l'ami de saint Phébade d'Agen, le défenseur de la foi catholique durant la crise arienne; et correspondit régulièrement avec saint Ambroise de Milan. Saint Amand lui succéda. Nous le connaissons par la chronique de Sulpice Sévère, les lettres de Paulin, un billet d'Ambroise, la chronique de Prosper d'Aquitaine. Dès 404 il était considéré comme un des saints protecteurs de Bordeaux et de l'Aquitaine. On le fête le 4 janvier.

 

Saint Amand

 

Saint Amand, prêtre de l'entourage de saint Delphin, lui succéda vers 404, devenant le troisième évêque connu de Bordeaux. Il mourut vers 432. Il avait préparé saint Paulin au baptême et demeura en relations avec lui. A partir de 408, l'Aquitaine fut bouleversée par les invasions barbares. C'est au milieu des troubles qu'elles occasionnèrent qu'il s'effaça devant saint Seurin ; la mort de ce dernier l'amena à reprendre le gouvernement du diocèse de Bordeaux. Durant son pastorat, il apporta une extrême attention à conserver la pureté de la foi menacée par des courants hétérodoxes d'origine ibérique, contre lesquels Delphin s'était déjà élevé. Nous le connaissons par Grégoire de Tours, Venance Fortunat et Paulin de Bordeaux, évêque de Nole. Il était en correspondance avec saint Jérôme. On le fête le 18 juin.

 

Saint Seurin

 

Saint Seurin occupe une place considérable dans l'histoire spirituelle de Bordeaux. Grégoire de Tours, invoquant "la fidèle tradition des clercs de Bordeaux" (In gloria confessorum, c. 44), rapporte que saint Amand céda sa cathedra à un évêque du nom de Severinus, venu d'Orient, et se considéra comme son junior. A la mort de Severinus, il reprit le siège épiscopal. Les recherches historiques qui ont été activement menées autour de Seurin ont confirmé les données proposées par Grégoire de Tours. Elles retiennent qu'un évêque étranger du nom de Seurin vint s'installer à Bordeaux, où il fut reçu avec beaucoup d'égards, durant les grandes invasions du. Ve siècle. A sa mort, l'évêque étranger fut vénéré comme une gloire locale. Son culte s'enracina dans le sol bordelais. Une basilique s'éleva, qui fut le centre de ce culte à travers les siècles, et demeure aujourd'hui très fréquentée. Cette basilique fut entourée d'un cimetière important et célèbre placé sous sa protection, et sous celle de saint Amand. Enfin, la réputation de saint Seurin lui valut la dédicace de très nombreuses églises dans toute l'Aquitaine. On le fête le 21 octobre.

 

Texte extrait du site https://nominis.cef.fr