Stes Brigitte et Darlughdac de Kildare

Sainte Brigitte et Darlughdach de Kildare

Réalisation janvier 2019

Icône disponible sur demande

 

Sainte Brigitte et Darlughdach de Kildare

 

Dans la période pré-chrétienne de l'histoire celtique, Brigid était l'une des déesses les plus aimées. Chaque soleil et chaque lune, elle garantissait la fertilité des champs, des moutons, des vaches et des mères humaines ; et elle protégeait tous les plans d'eau. Son symbole principal était un feu perpétuel, représentant la sagesse, la poésie, la guérison, la thérapie, la métallurgie et le foyer.

Sainte Brigitte (Bridget, Bride, Efraid) est la plus célèbres des saintes d’Irlande. Elle a été vénérée pour sa charité, ses miracles et son hospitalité somptueuse. Certains auteurs partent du principe qu'elle pourrait avoir commencé sa vie en comme dernière grande prêtresse de la déesse Brigid. Une telle autorité antérieure aiderait à expliquer pourquoi, dans certaines de ses « vies », Saint Mel, évêque d’Ardagh, l’aurait ordonnée comme évêque. Interrogé à ce sujet, saint Mel répondit qu'elle serait la seule des abbesses de Kildare à devenir évêque. Mais ses successeurs continuèrent à bénéficier du titre l'évêque. Les autres évêques irlandais s’asseyaient aux pieds des successeurs de Brigid, jusqu'à ce que le synode de Kells mette un terme à cette coutume en 1152.

Le double monastère de Brigid à Kildare fut construit sur un ancien temple de la déesse. Double monastère car il y avait une communauté d’hommes et de femmes. Les sœurs y ont entretenu un feu perpétuel à la mémoire de leur sainte mère jusqu'en 1540, année où le saccage des monastères par les armées anglaises d’Henri VIII vit les sœurs contraintes de prendre l’exil. En 1993, deux soeurs Brigidine sont revenues à Kildare et y ont rallumé le feu, qui brûle encore de nos jours, au centre de spiritualité celtique qu'elles y ont établi.

Brigitte est l'un des nombreux saints celtes ayant insisté sur le fait que l’élément essentiel de la vie spirituelle est d'avoir une âme soeur (anam cara). Son âme soeur fut la jeune soeur Darlughdach qui partageait sa cellule. Elle avait été autrefois son ambassadrice auprès du roi pictish Nechtan.

Nous lisons dans la biographie de Sainte Brigitte écrite par le moine Ultan d’Ardbraccan, moine à Kildare, que Darlughdach, la préférée de Brigitte, était un jour tombée amoureuse d'un jeune homme. Un soir, dans l'espoir de le rencontrer, elle s'échappa furtivement du lit dans lequel elle dormait. Cependant, reconnaissant son péril spirituel, elle pria pour obtenir des conseils, puis, elle plaça des braises ardentes dans ses chaussures et les mit à ses pieds. « Ainsi, par le feu, écrivait Ultan, elle a éteint le feu et la douleur éteinte par la douleur ». Elle retourna ensuite dans son lit. Brigitte faisant semblant de dormir, était au courant du départ de Darlugdach. Le lendemain, Darlugdach lui raconta l'expérience de la nuit précédente. Brigid la rassura sur le fait qu'elle était maintenant à l'abri du feu de la passion et du feu de l'enfer dans le futur, puis elle guéri ses pieds.

Quand Brigid lui dit qu'elle s'attendait à mourir bientôt, Darlughdach supplie alors qu'il lui soit accordée la grâce de mourir en même temps qu’elle. Brigitte lui répondit qu'elle survivrait un an et lui succéderait comme abbesse et qu’après cela, elles seraient réunies au paradis. Brigitte entra dans la vie le 1er février 525 le 1er février, date de la fête annuelle de la déesse Brigid, Imbolic. Puis, comme prophétisé, Darlughdach mourut décédé exactement un an plus tard.

Sur l’icône, les deux Saintes sont habillé de la tunique blanche, portée par les moniales celtes et par les druidesses qui les ont précédées. Le feu étant le symbole de la Sophia (Sagesse), le mandala sur la poitrine des saintes contient une flamme et un visage du Christ évoquant le Livre de Kells. Cela représente le Christ qui est la Sagesse Divine, dont l'Amour divin les enflamme, les consume. Il est le lien qui les unit et un don qu'ils accordent. Les trois flammes au-dessus d’eux symbolisent en premier temps, les trois personnes de la Sainte Trinité, mais en second temps, elle rappellent également que Brigid, pré-chrétienne, était une triple déesse dont le flambeau représentait les feux spirituels de la poésie, de la guérison et de la métallurgie.


Les Saintes Brigitte et Darlughdach sont fêtées le 1er février.

 

(D'après un texte traduit de l'anglais extrait du site www.trinitystores.com)