Christ Roi A

Le Christ Roi, prince de la Paix et Maître des Nations

Réalisation Juillet 2019

Disponible sur demande

 

Le Christ Roi, Prince de la Paix et Maître des Nations

 

L'écriture de cette icône a toute une sacrée aventure... surtout dans sa durée... qui a été exceptionellement longue...!!!! Notamment de par l’acquisition de la biographie de Soeur Olive Danzé que je n'arrivais pas à obtenir, et qui, comme par enchantement, est arrivée chez mon libraire, qui l'avais commandé depuis le mois d'octobre (!!!!!), le jour où j’ai finalisé cette icône sur laquelle elle est représentée, sans compter aussi sur la rareté des informations concernant l'Abbé Noury...!!!! Cette icône est une composition personnelle et mesure 30/40 cm.

 

Christ Roi-001

 

Le Christ est habillé en rouge, conformément aux descriptions laissées par Soeur Olive Danzé. En réalisant cette icône, je me suis inspiré de la célèbre icône de Dieu le Père donnée à Mère Eugenia Ravasio, rappelant ainsi cette parole du Seigneur : « Qui me voit, voit le Père ». La couronne qu’il porte sur la tête est la couronne des Rois de France, rappelant ainsi que la royauté des monarques des France était de droit divin. Il porte le globe sur lequel se trouvent l’alpha et l’omega, rappelant que le Christ est le commencement et la fin de toutes chose.

 

Deux témoins de la Royauté du Christ sont à ses pieds :

 

Christ Roi-002

Soeur Marie du Christ Roi, qui est agenouillée à sa gauche, en geste d’orante, intercède pour nous.

Quelques mots sur cette illustre mystique :

Soeur Marie du Christ Roi, dans le siècle, Olive Danzé naquit le 27 mars 1906 à Plogoff dans le département breton du Finistère. Elle entra en août 1926 au Monastère Sainte Aure des bénédictines du Saint-Sacrement, à Paris, au 16 rue Tournefort.

 Au début de l'année 1927, elle reçut des apparitions du Sacré-Cœur. Les messages concernaient la Royauté du Christ sur terre, et tout particulièrement le désir divin d'avoir un sanctuaire à Paris, sur la montagne Sainte-Geneviève, le quartier où se trouvait le couvent. Ce sanctuaire serait consacré sous le triple vocable du « Christ-Roi, Prince de la Paix, maître des Nations ». Sœur Olive en informa ses supérieures, et celles-ci contactèrent les autorités diocésaines.

Monseigneur Dubois, archevêque de Paris, se montra favorable au projet. Celui-ci se matérialisa par une basilique dans l'enceinte du monastère des bénédictines de la rue Tournefort. Avec l'autorisation de l'archevêque de Paris, les religieuses sollicitèrent les fidèles catholiques du monde entier pour obtenir les fonds nécessaires à la construction du sanctuaire. Le jeune État d'Irlande, sous l'impulsion d'Éamon de Valera, se montrera particulièrement généreux pour le projet.

Les dons commencèrent à affluer, et en 1935 le cardinal Verdier, successeur de Monseigneur Dubois, présida la bénédiction et la pose de la première pierre de la basilique. Cinq ans plus tard, en 1940, la construction du sanctuaire du Christ-Roi s'achevait. L'inauguration eut lieu le 27 octobre, jour de la fête du Christ-Roi. La première messe y fut alors célébrée.

1927_20Koska-Odile-Marie_20Agne_CC_80s0

Mais entre-temps, le cardinal Verdier était mort, et les autorités religieuses montrèrent désormais beaucoup moins d'enthousiasme pour ce sanctuaire dédié au Christ-Roi. La sœur Olive fut priée de quitter son couvent parisien. Elle demanda alors à être reçue par le pape Pie XII, qui lui accordera une audience en 1953. Il semble que le Saint-Père ait écouté favorablement la demande de sœur Olive puisque le 16 juin 1956, le cardinal Feltin consacra enfin le sanctuaire sous le triple vocable “Christ-Roi, prince de la paix, maître des nations”.

Ayant quitté son couvent après 1945, elle vit un temps en Provence avant de revenir vivre ses dernières années dans son village natal de Plogoff, où elle meurt le 2 mai 1968. Dès son enfance, elle reçut, tout au long de sa vie, de nombreuses visions et locutions intérieures. les autorités religieuses montrèrent désormais beaucoup moins d'enthousiasme pour ce sanctuaire dédié au Christ-Roi. La sœur Olive fut priée de quitter son couvent parisien. Elle demanda alors à être reçue par le pape Pie XII, qui lui accordera une audience en 1953. Il semble que le Saint-Père ait écouté favorablement la demande de sœur Olive puisque le 16 juin 1956, le cardinal Feltin consacra enfin le sanctuaire sous le triple vocable “Christ-Roi, prince de la paix, maître des nations”.

 

Maquette0

 

Pendant ce temps, le monastère de la rue Tournefort se vidait et menaçait de fermer, faute de jeunes religieuses. Les bénédictines du Saint-Sacrement fermèrent le monastère dans lequel elles étaient présentes depuis 1807. Alors que les promoteurs immobiliers se présentaient, quelques catholiques tentèrent de sauver le sanctuaire du Christ-Roi. Mais les autorités religieuses ne s’impliquèrent pas, et les bâtiments du couvent furent vendus. Le sanctuaire du Christ-Roi fut démoli en février 1977, puis remplacée par un complexe résidentiel : les immeubles du Panthéon. Soeur Olive Danzé repose au cimetière de Plogoff.

 

 

Christ Roi-003

Nous trouvons à la droite du Christ, un autre témoin, c’est l'Abbé Adrien Noury. Agenouillé, il offre la chapelle qu’il a fait édifier à Saint Denis de Mailloc au Christ Roi.

Petite présentation de cette belle figure de prêtre :

 

571_001-001

Il est né le 22 octobre 1879 à Touffréville (Calvados). En 1933 l'Abbé s'installe à Saint-Denis-de-Mailloc et Il y sera maire du 29 novembre 1952 au 26 mars 1965. Il désirait faire de son village la Cité du Christ Roi.

 L'abbé Noury avait écrit :"Je ne suis pas guérisseur, je ne suis pas thaumaturge, j'enregistre simplement les guérisons données ici, pour marquer sur cette localité une volonté du ciel".

 En 1951 une demande de permis de construire a été faite par Mademoiselle Mace pour une chapelle placée sous le vocable du Christ Roi, l'évêque de Bayeux Monseigneur Picaud refuse et la mairie de l'époque n'apprécie pas beaucoup. L'Abbé ne se montre pas très enthousiaste. Mais, malgré tout, il fera construire cette chapelle dans les années 50 et y prévois des hébergements qui ne furent malheureusement jamais terminés. L'Abbé Noury est décédé le 17 juillet 1971 à Saint Denis de Mailloc (Calvados), à l'âge de 91 ans entouré d’une grande réputation de sainteté.

 

tbMM-2LdmaZyBFqo7W2fjYcuohk (1)

 

La chapelle dans laquelle il a été inhumé en 1971 est devenu un lieu de pèlerinage très fréquenté dans lequel où l'on y dépose des lettres et des photos dans l'espoir d'une guérison et où l'on vient pour prier.

 

Cette icône demandée par mon ami Monseigneur Steck trouvera sa place prochainement au Centre de la Miséricorde de Lingolsheim.

 

 

LHR-Soeur_Olive-page-007

 

 

Prière dictée par Notre Seigneur

à Soeur Marie Olive du Christ-Roi,

le 7 Juillet 1927, au monastère des bénédictines du Saint Sacrement, 16 rue Tournefort, Paris V


«Ô JESUS, l'Unique Roi de l'univers, nous nous prosternons à vos pieds, pour vous adorer, et pour vous prendre pour notre Roi et notre Guide. Oui SEIGNEUR, à vous toutes les nations sont soumises, Vous êtes Seul le Vrai Roi, Vous êtes Seul la vraie Paix, Vous êtes Seul la vraie lumière, Nous n'adorons que Vous Seul. Vous êtes notre Seul soutien, Vous êtes notre Maître, Ô Grand DIEU du Ciel et de la Terre. Nous croyons très fermement que vous êtes réellement présent, dans la Sainte Eucharistie . Vous êtes là, vivant, aimant. Vous voulez nous nourrir du Pain de Vie. oui, venez et nourrissez vos enfants. Vos regards sont fixés sur les âmes, Vous veillez sur toutes les Nations. Votre Coeur est pour nous un asile de repos, Nous nous consacrons donc à votre Coeur de Roi et de Prince. A Vous Seul, SEIGNEUR, Toute Gloire, Honneur, Amour, soient rendus, Jusqu'à la consommation des siècles et dans toute l'Eternité . Amen .  »

 

Bibliographie:

La Messagère du Christ Roi, par Henri Bourcier, aux Editions Résiac, 1992.
Les Saints qui guérissent en Normandie Tome II, par Hippolyte Glancel, aux Editions Ouest France, 2009.